L'annulation de l'encadrement des loyers réjouit les professionnels de l'immobilier

 |   |  838  mots
Les professionnels de l'immobilier voient globalement d'un très bon œil la fin de l'encadrement des loyers.
Les professionnels de l'immobilier voient globalement d'un très bon œil la fin de l'encadrement des loyers. (Crédits : Charles Platiau)
Le coup d'arrêt porté à l'encadrement des loyers à Paris satisfait les principaux acteurs de l'immobilier. Selon eux, l'attention doit maintenant être portée sur l'offre de logements sur le marché locatif.

Le couperet est tombé hier soir. Depuis celle décidée à Lille fin octobre, l'annulation de l'encadrement des loyers à Paris était à attendre. Et le tribunal administratif de Paris a donc bel et bien annulé les trois décrets d'applications, publiés en 2015, 2016 et 2017, de l'encadrement des loyers version parisienne. La mairie de Paris a réagi en premier, regrettant l'annulation d'un dispositif jugé efficace pour endiguer la hausse des loyers. Le gouvernement est allé dans ce sens et envisage, comme pour Lille, de faire appel de la décision du tribunal administratif.

| Lire aussi  Annulation de l'encadrement des loyers à Paris: la Mairie riposte

Si les pouvoirs publics regrettent la décision du tribunal administratif, ce n'est pas le cas des professionnels de l'immobilier. Ainsi, Bernard Cadeau, président du réseau d'agence Orpi, n'est "pas surpris" par une décision qui "suit la logique lilloise" et ne regrettera pas un dispositif qu'il ne juge "pas utile". De plus, l'encadrement des loyers produit selon lui "des contre-effets", à savoir des propriétaires qui se "désintéressent de l'investissement locatif et qui louent sur Airbnb".

"L'encadrement des loyers n'est pas bon parce qu'il est coercitif, il agit tel un repoussoir psychologique. Entre l'incitation et la contrainte, il y a un monde", poursuit Bernard Cadeau, qui penche clairement pour la première solution.

Pierre Hautus, directeur de l'Union national des propriétaires immobilier, voit dans cette annulation "une très bonne nouvelle". "L'UNPI s'est battue depuis le début dans ce dossier et c'est la seule à avoir obtenu gain de cause", fanfaronne-t-il. Il faut reconnaître que le seul recours retenu par le juge administratif lillois pour annuler l'encadrement des loyers était celui émis par l'UNPI, et il semblerait que ce soit aussi le cas à Paris.

"L'encadrement des loyers est une mesure inefficace et obsolète", selon Pierre Hautus, qui tient également à revenir sur les propos de Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris en charge du logement. "Contrairement à ce qu'a dit Ian Brossat, les loyers ne vont pas s'envoler à Paris car ils sont déjà soumis à un plafonnement". Un plafonnement qui persistera en cas de fin définitive du dispositif d'encadrement des loyers.

Quelles alternatives pour faire baisser les loyers ?

Pour Bernard Cadeau, le marché immobilier est un "modèle de libre concurrence". Ainsi, la hausse des prix n'est simplement dû qu'à une pénurie d'offre par rapport à une demande trop importante.

"On cite souvent l'exemple de l'Allemagne, où l'encadrement des loyers existe, mais les Allemands ont un parc immobilier locatif suffisant pour faire face à la demande. A Paris, on a huiy demandes pour un logement, ce n'est pas tenable", résume Bernard Cadeau.

C'est donc en agissant sur l'offre que le marché locatif pourra se rééquilibrer, et les loyers baisser (ou au moins cesser d'augmenter aussi vite). Le réseau Orpi milite donc depuis plusieurs années pour la création d'un statut de bailleur privé, qui protège plus efficacement les particuliers qui font le pas de l'investissement locatif. Avec une meilleure protection, plus de propriétaires pourraient donc, selon lui, faire le choix de la mise en location de leur logement.

Cette vision est partagée par Pierre Hautus, directeur de l'UNPI. "Il faut faire en sorte d'améliorer l'offre" de logements disponibles, cela passe selon lui par le rétablissement d'une "équité fiscale" vis-à-vis des propriétaires. Cela fait écho au rapport présenté début novembre par le rapporteur de la commission des finances Albéric de Montgolfier (LR). Le rapport rappelait la très forte progression, +28% en dix ans, de la fiscalité sur l'immobilier, en prenant en compte l'intégralité des prélèvements liés au logement : de la TVA sur les travaux à la taxe foncière en passant par les droits de mutations.

Cette hausse de la fiscalité a eu pour conséquence directe de plomber la rentabilité de l'investissement locatif. Pierre Hautus propose donc de corriger le tir au niveau fiscal tout en simplifiant les processus légaux relatifs à la location afin de convaincre réellement les propriétaires et les investisseurs de se lancer vers l'immobilier locatif.

Quelques rares regrets

Les professionnels de l'immobilier voient donc globalement d'un très bon œil la fin de l'encadrement des loyers. La voix de la confédération nationale du Logement (CNL) est une des seules à le regretter  : "Oui, le dispositif mis en place depuis août 2015 n'était pas parfait et maintes fois la CNL a dénoncé ses failles mais nous nous battions alors pour l'amélioration de la mesure, pas pour sa suppression."

"Les locataires parisiens sont en droit de se poser la question suivante : « Où va-t-on se loger ? ». Le privé se transformant rapidement en jungle spéculative alors que le secteur HLM est, lui, gravement menacé", s'alarme la CNL. La confédération réclame par conséquent "un observatoire des loyers contrôlable et vérifiable ainsi qu'une place plus importante des associations de locataires dans le processus de réclamation en cas de loyers abusifs".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2017 à 16:43 :
Il faudra bien un jour que cela s’arrête, de toujours augmentée les loyers..
car même les classe moyennes n'arrive plus à joindre les deux bouts..!!
Alors pour les sans dents, ce n'est même plus la peine de ci-approchées dans des lieux pratiquement réservée à une certaines catégorie de gugusse.?
Les propriétaire se comportes comme des gangsters de haut vols, vu qu'ils en on jamais assez.. De plus, ils ne font pas d’effort pour améliorées leurs logements..!!
Mais quand il casse leur pipe, il parte comme rejoindre leurs créateur à Poil.???
a écrit le 01/12/2017 à 6:16 :
Pour un appartement en résidence secondaire de deux pièces en Rez de jardin, sombre et humide, à Vence (06140) je dois payer pour 2017, € 1294,- de taxe d'habitation, redevances Audiovisuelle incluses (ma résidence principale est en Allemagne où je paye déjà des redevances audiovisuelles, je ne suis donc pas dispensé comme les autres de la redevance audiovisuelle pour la résidence secondaire) La valeur locative pour cet appartement a été augmentée pour 2017 de façon arbitraire à € 822,-, alors que pour cet appartement un loyer de € 650,- serait le maximum. Ceci est de l’arnaque et du vol manifeste. J'en remercie les maires de Vence (nouveau et ancien) C'est facile de s'en prendre à ceux qui ne peuvent se défendre et qui ne votent pas ! C'est français en somme, de quoi en avoir honte. Une résident secondaire ne coûte que très peu à la commune, par contre elle donne du travail à pas mal de monde. L'achat de cet appartement, il y a environs 10 ans, nous a coûté en frais divers (intérêts, agence et mutation) les yeux de la tête, en revendant aujourd'hui nous perdrions énormément. Pris au piège en somme, on ne m'y reprendra pas. Injuste est aussi le fait que nous payions les redevances audiovisuelles deux fois parce-que NÔTRE résidence principale est en Allemagne, alors que si elle était en France nous ne payerions qu'une fois. C'est l'Europe vue par LA FRANCE
a écrit le 30/11/2017 à 10:45 :
A Paris, il y a des milliers de M2 utilisés pour loger des entreprises. Des locaux qui en réalité sont des appartements transformés en bureaux. Des appartements peu adaptés
sans parking. Ce qui serait intelligent, c'est d'inciter les propriétaires à les louer à des particuliers. On pourrait loger 300 000 mille personnes environ. Pour les entreprises, on pourrait construire des immeubles pour les regrouper. Elles partageraient les frais administratifs , les parkings et bénéficieraient d' une informatique de haut niveau.
a écrit le 30/11/2017 à 9:28 :
Les loyers ne sont pas libres pour autant. Le dispositif concernant les zones tendues n'est pas remis en question. Donc pas d'amalgame sinon les locataires vont penser que le bailleur peut augmenter n'importe comment alors que c'est pas le cas.
a écrit le 30/11/2017 à 9:07 :
j aime bien le responsable immobilier qui qualifie le marche immobilier de ""modèle de libre concurrence". Il a surement jamais entendu parler du Pinel, Scellier, PTZ, APL .... L immobilier francais est subventionne a mort. Le pire c est que c est fait n importe comment : on subventionne les acheteurs pour qu ils puissent payer plus que ce leurs revenus leur permettrait (PTZ), on subventionne les "investisseurs" pour qu ils achetent des logements pas rentable sinon (PInel) et on subventionne les locataire qui ne pourraient pas se loger car les loyers sont trop haut (APL) ! Au final on arrose tout le monde afin de tirer les prix vers le haut. Ca beneficie evidement a certains (en gros les multi proprietaires baby boomers) mais c est au depend du contribuable et ca plombe la competitivite du pays (investissement dans un secteur peu production (BTP) et pas exportateur, salaires pousses vers le haut a cause des loyers eleves, mobilite geographique entravee)
Réponse de le 30/11/2017 à 15:42 :
exat ???ont suventionne tous le monde pour faire une usine a gaz, ont devrais tous remettre a plat et fixe un montant des loyes pars metre carre le meme pour tous et cela de partous ,afin que tous soit correct pour les locataires et les proprietaires?QUAND L IMMOBILIE FLANBE C EST QUE L ON A FRAINE LA CONSTRUTION???
Réponse de le 30/11/2017 à 15:43 :
exat ???ont suventionne tous le monde pour faire une usine a gaz, ont devrais tous remettre a plat et fixe un montant des loyes pars metre carre le meme pour tous et cela de partous ,afin que tous soit correct pour les locataires et les proprietaires?QUAND L IMMOBILIE FLANBE C EST QUE L ON A FRAINE LA CONSTRUTION???
Réponse de le 10/12/2017 à 16:41 :
C’est le point principal que macron a compris et que Fillon ne comprenait pas (la bulle immobilière néfaste entretenue par l’état)
Par contre macron avance comme un escargot, qu’attend il pour taxer l’immobilier :
- plus d’abattement sur la plus value => marre de subventionner les baby boomers
- taxe foncière recalculer de manière simple : 3% de la valeur du bien réelle. 50% des travaux déductibles, abattement par nombre d’habitant, déduction de 100% des autres impôts directs payés (IR, charge sociale) => seuls les rentiers paieront, qu’ils vendent
a écrit le 30/11/2017 à 8:36 :
Enfin bon on les connait les gars si c'est pas coercitif ils gardent l'argent pour eux. Les loyers n'ont jamais baissé naturellement, plus on possède et plus on est possédé.

L'intérêt de quelques uns n'est pas celui de tous.
a écrit le 30/11/2017 à 8:10 :
"Un observatoiredesloyers" qui va par consequent observer, faire des rapports et surtout se faire payer pour ne rien faire. Typiquement parisien.
Mais pourquoi diable dans ce pays on ne peut pas peter sans etre em....par un fonctionnaire ?
a écrit le 30/11/2017 à 7:08 :
Pour une fois ( .....qui n'est pas coutume ! ) une décision intelligente de la justice a l'"encontre de la "bornitude" des décideurs !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :