Optimisme pour l'Allemagne au FMI comme dans les grands instituts

 |  | 479 mots
Lecture 2 min.
Le FMI juge la reprise germanique "robuste et progressive". Les instituts IFO et RWI ont relevé leurs prévisions de croissance à 1,9 % pour l'Allemagne en 2007. Ils relativisent la portée de la hausse de trois points de la TVA en janvier.

Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé ce jeudi ses prévisions de croissance pour l'Allemagne à 2,3 % en 2006 et 1,4 % en 2007, dans son rapport annuel sur ce pays. Le FMI misait dans ses projections de septembre sur une progression du PIB de 2 % cette année et 1,3 % l'an prochain. "Après une longue période de faiblesse de la demande intérieure, une reprise cyclique robuste et progressive est actuellement à l'oeuvre en Allemagne", tirée principalement par les exportations, note le Fonds.

Il relève toutefois une série de risques, notamment une éventuelle hausse des prix du pétrole et surtout une nouvelle appréciation de l'euro face au dollar, qui pourrait peser sur le principal moteur de la croissance, les exportations. L'économie allemande pourrait faire les frais également d'un éventuel ralentissement de la croissance chez ses partenaires commerciaux, notamment aux Etats-Unis. Enfin, la consommation intérieure reste fragile et la confiance pâtit toujours du rythme trop faible des réformes structurelles, ajoute le FMI.

De son côté, l'institut d'études économiques IFO de Munich a aussi relevé ce jeudi sa prévision de la croissance pour 2007, à 1,9 % au lieu de 1,7 % précédemment, expliquant que le relèvement de la TVA ne remettrait pas en cause la reprise. Il prévoit parallèlement une accélération de l'inflation à 2,3 % après 1,7 % cette année, notamment en raison de cette hausse de la taxe sur la valeur ajoutée, qui passera ce 1er janvier de 16 à 19 %. La hausse des prix devrait selon lui retomber à 1,5 % en 2008.

"Au cours de l'année à venir, l'activité économique sera dans un premier temps considérablement pénalisée par l'augmentation massive de la pression fiscale, mais une poursuite de la reprise s'ensuivra", estime l'institut munichois. Il ajoute que la dynamique de croissance "sera assez forte en 2007 pour empêcher une interruption de la reprise". Il prévoit 2,5 % de croissance pour 2006 et 2,3 % pour 2008. "Au cours du prochain cycle de négociations (sur les salaires), les syndicats ne devraient pas faire du relèvement de la TVA un motif pour revendiquer des augmentations salariales plus fortes", juge-t-il encore.

IFO estime parallèlement que la Banque centrale européenne devrait laisser ses taux d'intérêt inchangés pendant les deux prochaines années, et que la conjoncture des Douze devrait rester solide, la consommation bénéficiant de l'amélioration du marché du travail.

Un autre des six grands instituts de conjoncture, le RWI d'Essen, a lui aussi porté sa prévision de croissance pour l'Allemagne en 2007 de 1,7 % à 1,9 %. Quant à la BDB (fédération allemande des banques privées), elle a annoncé tabler sur une croissance d'environ 2,5 % cette année et de 1,25 % à 1,5 % l'an prochain. "L'économie se porte bien en ce moment : la croissance économique est dynamique, la demande intérieure se tient bien et l'emploi augmente", a déclaré son directeur exécutif, Manfred Weber.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :