BioMérieux, des résultats impactés par les matières premières

 |   |  332  mots
Le groupe français de diagnostic in-vitro a enregistré un bénéfice net 2005 supérieur à ses attentes, en progression de 13%. L'impact de la hausse des matières premières continue cependant à peser.

Grâce au lancement de nouvelles plates-formes et à son expansion à l'international, notamment en Asie, le groupe de diagnostic in-vitro BioMérieux a dégagé un bénéfice net en hausse de 13% à 90,1 millions d'euros en 2005. Une croissance supérieure à l'objectif de 10% qu'il s'était fixé. Son chiffre d'affaires et son résultat opérationnel ont crû respectivement de 5,7% à 994 millions d'euros et de 7,3% à 138,9 millions d'euros.

Durant cette période, la société a poursuivi l'expansion de son réseau international avec la création de deux nouvelles filiales de distribution, en Hongrie et en République tchèque, portant ainsi à trente-cinq le nombre de ses filiales à l'étranger. En 2005, ses frais de recherche et développement se sont élevés à 130,7 millions d'euros et représentent 13,1% du chiffre d'affaires (13,6% en 2004). Les sommes consacrées au développement du portefeuille de licences ont représenté 8,2 millions d'euros. Les investissements ont atteint 82 millions d'euros dont 44 pour des investissements industriels.

En 2005, le Français s'est également largement désendetté, avec une baisse de 75 millions d'euros en un an pour s'établir à un niveau d'endettement de 43,3 millions au 31 décembre 2005. BioMérieux a ainsi de nouveau la possibilité d'envisager des acquisitions. "Nous regardons un certains nombres de dossiers", a déclaré Benoît Adelus, vice-président exécutif de BioMérieux, au cours d'une conférence de presse tenue ce matin.

Le groupe table pour 2006 sur le maintien d'une marge opérationnelle comparable à celle de 2005, à devises et périmètre constants. Mais sa marge d'exploitation devrait subir, en année pleine, l'incidence des augmentations du prix des matières premières, qui a pourtant déjà été en partie absorbée en 2005. L'impact du renforcement des systèmes d'assurance qualité devrait se maintenir, a précisé le groupe dans son communiqué. Il anticipe également une croissance de ses ventes, hors effet de change, comprise entre 5 et 6%, avec une progression relativement plus forte au premier trimestre.

A la Bourse de Paris, le titre cède 6,78%, à 48,01 euros, à la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :