Le CAC 40 termine en nette baisse

 |   |  560  mots
Paris termine en baisse de presque 1%, à ses plus bas du jour. A la clôture, le CAC 40 perd ainsi 0,84% à 4.773,48 points, alors qu'il évoluait encore en terrain positif en début d'après-midi. En s'intensifiant, les mouvements de ventes généralisées à Wall Street, après des résultats décevants, se sont propagés aux marchés européens.

En hausse de plus de 0,50% ce matin, Paris termine en recul de plus de 0,8%. Des mouvements de ventes généralisées à Wall Street, en particulier sur les valeurs technologiques, se sont propagés aux marchés européens. A New York en effet, les résultats de ténors de la cote comme Citigroup, General Electric ou encore Motorola se sont en effet avérés inférieurs aux objectifs des analystes. Par ailleurs, une nouvelle flambée des cours du pétrole, repassé au-dessus des 67 dollars le baril, a pesé sur la tendance. A la clôture, moins d'un quart des valeurs du CAC 40 terminent en hausse. Par ailleurs, l'indice a brièvement décroché à 16 heures, au moment de l'arrivée à échéance des contrats futures et options sur CAC 40. Au final, l'indice termine cette première semaine de résultats américains en baisse de 1,6%.

A la clôture, le CAC 40 cède ainsi 0,84% à 4.773,48 points. Le volume d'affaires totalise presque 5 milliards d'euros sur les valeurs de l'indice. A Londres, le Footsie prend 0,03% à 5.694,7 points et, à Francfort, le Dax est inchangé à 5.349,02 points. A New York, le Dow Jones perd 1,15% à 10.755,92 points.

Le baril de brut léger américain gagne plus de 1 dollar à 67,80 dollars. Les menaces proférées par Oussama Ben Laden contre les Etats-Unis s'ajoutent aux craintes liées aux tensions au Nigeria et en Iran, contrebalançant ainsi la hausse surprise des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis. Le dollar cède à nouveau face à l'euro à 1,2099 pour un euro.

Sur le plan économique, l 'indice de confiance des consommateurs américains, tel que calculé par l'Université du Michigan, est ressorti à 93,4 en première estimation pour le mois de janvier, contre 91,5 (définitif) en décembre. Les économistes tablaient sur une progression à 92,5.

Total cède finalement 0,45% à 220 euros, malgré l'envolée des cours du brut à leur plus haut depuis quatre mois.

Deuxième pondération du CAC 40, Sanofi-Aventis gagne 0,46% à 76,15 euros alors que le britannique Shire est parvenu à un accord avec un fabricant de générique qui lui versera des royalties sur les ventes d'une copie de l'Adderall, l'un de ses médicaments phares.

Auparavant portées par des relèvements des objectifs de cours de HSBC et Goldman Sachs, les valeurs bancaires ont réduit leur avance, quand elles ne perdent pas du terrain. BNP Paribas cède ainsi 1,43% à 69,10 euros, de même que Société Générale qui recule de 1,24 % à 103,30 euros, tandis que Crédit Agricole gagne encore 0,88 % à 27,49 euros.

LVMH recule de 2,54% à 74,75 euros. Le numéro un mondial du luxe a fait état d'une hausse de 11% de son chiffre d'affaires 2005 à 13,9 milliards d'euros. Le groupe table sur une croissance à deux chiffres de son résultat opérationnel courant 2005 et vise " un objectif de croissance sensible " de ce résultat pour 2006. WestLB a dégradé le titre de " acheter " à " renforcer " tout en relevant son objectif de cours de 78 à 82 euros.

Enfin, Havas monte de 0,28% à 3,60 euros et Vallourec 3,46% à 506. Bolloré a porté sa participation dans le groupe de publicité de 23,8% à 24,15% entre le 10 et le 16 janvier, indique l'Autorité des marchés financiers. Par ailleurs, le groupe Bolloré a réduit sa participation dans le capital de Vallourec dont il ne détient plus désormais que 15,82% du capital et 13,80% des droits de vote. Le 12 janvier dernier, le groupe avait déjà ramené sa participation de 17,69% à 16,45%. Bolloré avance de 3,11% à 431 euros.


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :