Le CAC 40 limite ses pertes en fin de séance

 |   |  617  mots
Paris termine en net repli, sur des prises de bénéfices générales. Après avoir légèrement réduit ses pertes en fin de séance, le CAC 40 clôture en recul de 1,20% à 5.439,71 points. Les dégagements se sont intensifiés après l'annonce de statistiques décevantes dans l'immobilier américain.

Entamée sur de simples prises de bénéfices, la séance se termine en net repli. Les dégagements se sont accentués sur l'ensemble des marchés après l'annonce d'une chute de presque 15% des mises en chantier de logements aux Etats-Unis le mois dernier. Les pertes de l'indice ont été d'autant plus importantes que Total a terminé parmi les plus forts reculs du CAC 40. Après avoir battu en retraite aujourd'hui, l'indice accuse des pertes sur l'ensemble de la semaine. Il est vrai que mercredi et jeudi soir, il avait terminé au-dessus de la barre symbolique des 5.500 points, pour la première fois depuis juin 2001.

A la clôture, le CAC 40 perd 1,20% à 5.439,71 points. Le volume d'affaires est soutenu avec 5,5 milliards d'euros échangés sur les valeurs de l'indice. A Londres, le Footsie cède 0,94% à 6.195,80 points et, à Francfort, le Dax cède 0,37% à 6.418,94 points. A New York, le Dow Jones baisse de 0,10% à 12.293,41 points.

Du côté des statistiques, le Département du Commerce a annoncé une chute de 14,6% des mises en chantier de logement le mois dernier au rythme annualisé de 1,486 million d'unités, le plus faible depuis juin 2000. Dans le même temps, le nombre de permis de construire délivrés a diminué de 6,3% au rythme annualisé de 1,535 millions d'unités, le plus bas depuis décembre 1997. Le dollar chute à 1,2820 pour 1 euro à la suite de la publication des chiffres de l'immobilier.

Sur le front du pétrole, l'échéance décembre sur le brut de qualité WTI recule de 88 cents à 55,38 dollars, après être tombé jusqu'à 54,86 dollars, niveau inédit depuis le 14 juin 2005. Les traders signalent un vaste mouvement de vente de la part de fonds en raison des craintes d'un net ralentissement de la croissance américaine. Ce contrat arrive à échéance ce soir.

Total recule de 2,16% à 54,45 euros dans le sillage du repli des cours du brut, qui a touché ce matin son plus bas niveau depuis le 30 novembre 2005. Maurel et Prom lâche pour sa part 4,99% à 16,95 euros. Parmi les valeurs parapétrolières, Vallourec lâche 4,34% à 198,40 euros, tandis que Technip perd 1,56% à 50,40 euros après l'obtention d'un contrat auprès de Shell.

Bouygues perd 2,04% à 46 euros. Deutsche Bank a dégradé le titre du groupe de BTP et de communication de " achat " à " conserver ". Toujours au chapitre des changements de recommandations, UBS est passé de " neutre " à " achat " sur M6, et a porté son objectif de cours de 26 à 28,80 euros. L'action s'apprécie de 3,07% à 26,18 euros

Saint-Gobain perd 0,25% à 60,40 euros. Au moins cinq fonds d'investissement et un industriel indien ont présenté une offre pour la reprise de Saint-Gobain Desjonquères, filiale spécialisée dans les flacons de verre pour la parfumerie, selon latribune.fr. Ce pôle représente un chiffre d'affaires de 600 millions d'euros et une valorisation d'environ 700 millions, ajoute le site Internet.

Pernod Ricard gagne 0,30% à 165,70 euros. Moody's a relevé la perspective de la note de crédit du groupe de spiritueux de négative à stable, ainsi que celle de la dette senior non garantie d'Allied Domecq.

Havas progresse de 1,19% à 4,24 euros. Le groupe de publicité a annoncé que Sanofi-Aventis avait confié à sa filiale Euro RSCG tous les programmes de communication concernant certains nouveaux produits et une grande partie de sa communication d'entreprise. Plusieurs de ces budgets étaient auparavant détenus par Publicis (+0,03% à 29,58 euros).

EADS perd 0,35% à 22,53 euros. La compagnie aérienne Thai Airways a fait savoir qu'elle n'excluait pas d'annuler sa commande de six Airbus A380 en raison des retards de livraison.

Enfin Natexis plie de 1,86% à 211 euros. C'est aujourd'hui que NatIxis, la banque créée par les Caisses d'Epargne et les Banques Populaires, doit officiellement voir le jour sur le plan juridique. Le placement d'environ 5 milliards d'euros d'actions devrait commencer demain.


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :