Très fort rebond à Wall Street après le plongeon de la veille

 |   |  657  mots
Les places new-yorkaises ont clôturé en nette hausse mardi, au lendemain d'une débâcle historique suite au rejet du plan Paulson par la Chambre des représentants. Le Dow Jones a regagné ainsi 4,68% à 10.851 points, le Nasdaq a progressé de 4,97% à 2.082 points et S&P 500 a pris 5,29% à 1.165 points.

 Au lendemain de leur plongeon, les places américaines sont en nette hausse mardi alors que l'administration Bush cherche une solution pour relancer le plan Paulson, rejeté lundi par la Chambre des représentants. Le Dow Jones a regagné ainsi 4,68% à 10.851 points, le Nasdaq a progressé de 4,97% à 2.082 points et S&P 500 a pris 5,29% à 1.165 points.

Les marchés espèrent toujours une adoption du plan de sauvetage des banques, qui prévoit notamment le rachat des actifs "toxiques" des banques pour un montant pouvant aller jusqu'à 700 milliards de dollars. Le texte va être examiné mercredi par le Sénat, selon John Kerry, l'ancien candidat démocrate à la Maison Blanche. La Chambre des représentants se pencherait à nouveau sur le projet jeudi.

Du côté des statistiques, l'indice de confiance des consommateurs du Conference Board est ressorti à 59,8 points en septembre, contre 58,5 points en août. Les analystes tablaient sur un recul, à 55 points. L'indice PMI des directeurs d'achats de la région de Chicago a également dépassé les attentes, à 56,7 points au lieu de 53 points anticipés par les marchés. En revanche, l'indice S&P CaseShiller du prix des maisons dans vingt métropoles américaines a baissé de 0,9% en juillet. Sur un an, le repli atteint 16,3% sur un an. Les analystes attendaient respectivement des baisses de 0,6% et de 16,1%.

Les valeurs bancaires sont reparties à la hausse mardi. Notamment Wachovia qui a cédé plus de 80% lundi après l'annonce de son rachat par Citigroup. La banque de Caroline du Nord a grimpé de 90,22% à 3,50 dollars. Citigroup a repris 15,55% à 20,51 dollars, JPMorgan a progressé de 13,90% à 46,70 dollars et Bank of America a gagné 15,70% à 35dollars.

Goldman Sachs et Morgan Stanley, les deux dernières banques d'investissements indépendantes de Wall Street, ont progressé  respectivement de 6,05% à 128 dollars et de 9,58% à 23 dollars. Le premier assureur américain AIG a repris 33,20% à 3,33 dollars.

La banque régionale National City a grimpé de 28,68% à 1,75 dollar. L'établissement basé à Cleveland a plongé de 63% lundi alors que les rumeurs sur une éventuelle faillite se sont amplifiées.

Plombées lundi par le très fort repli des cours du pétrole, les valeurs pétrolières sont également dans le vert alors que le baril de "light sweet crude" a repris plus de 4 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Exxon Mobil a gagné 4,86% à 77,66 dollars, Chevron 6,43% à 82,48 dollars et ConocoPhillips a enregistré un gain de 5,68% à 76,25 dollars.

Microsoft a gagné 6,72% à 26,69 dollars. Steve Ballmer, le directeur général du premier éditeur mondial de logiciels, a estimé ce mardi qu'aucun groupe n'était à l'abri de la crise financière qui devrait pénaliser les dépenses de consommation et les investissements des entreprises.

Intel a pris 8,45% à 18,73 dollars alors que Piper Jaffreay a relevé sa recommandation, de "neutre" à "acheter", sur le numéro un mondial des semi-conducteurs.

Pfizer a progressé de 4,48% à 18,44 dollars. Le groupe pharmaceutique a annoncé ce mardi qu'il allait interrompre ses investissements dans le développement de nouveaux traitements des maladies cardiaques, de l'obésité et des maladies osseuses. Le laboratoire souhaite se concentrer sur des activités plus profitables, dont la recherche contre le cancer.

Dans le secteur automobile, General Motors a gagne 11,05% à 9,45 dollars. Le premier constructeur automobile américain a émis 16 millions d'actions ordinaires pour un actionnaire institutionnel en échange de 176,4 millions de dollars d'obligations convertibles, dans le but de réduire ses charges financières.

Pepsi Bottling, le premier embouteilleur des boissons de Pepsi,a  pris 3,92% à 29,17 dollars. Le groupe a publié une baisse de 11% de son bénéfice net au troisième trimestre, à 231 millions d'euros. Par action, il ressort à 1,06 dollar, soit 2 cents de plus que les attentes des analystes. L'embouteilleur a par ailleurs relevé légèrement ses prévisions pour l'ensemble de son exercice.

Enfin, Boeing a progressé de 3,39% à 57,35 dollars. L'avionneur américain pourrait pourtant être contraint de retarder le vol d'essai de son nouveau long courrieur, le 787 Dreamliner, en raison de la grève de ses ouvriers mécaniciens entamée depuis près de trois semaines.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :