Wall Street dans le rouge après des statistiques décevantes

 |   |  984  mots
Les places américaines sont reparties dans le rouge ce jeudi, sous l'effet de mauvaises statistiques, notamment en matière d'emploi. Le Dow Jones cède ainsi 2,70% à 8.149 points, le Nasdaq recule de 3,24% à 1.508 points et le S&P 500 perd 3,31% à 845 points.

Après trois séances consécutives de hausse, Wall Street a nettement rechuté ce jeudi après la publication de statistiques décevantes, faisant ressortir une nouvelle hausse des demandes d?inscriptions aux allocations chômage et un repli marqué des commandes de biens durables. L'état de santé de l'économie américaine reste donc toujours aussi préoccupant, malgré l'adoption mercredi soir du plan de relance d'environ 820 milliards de dollars par la Chambre des représentants.

Le Dow Jones cède ainsi 2,70% à 8.149 points, le Nasdaq recule de 3,24% à 1.508 points et le S&P 500 perd 3,31% à 845 points.

Sur le front des statistiques, les nouvelles demandes d?allocations chômage ont atteint 588.000 unités la semaine dernière. Un chiffre supérieur aux 580.000 dossiers attendus par les économistes. La moyenne sur quatre semaines, considérée comme plus représentative de la situation sur le marché de l?emploi, s?élève à 542.500, en hausse de plus de 20.000 unités. Le nombre de chômeurs indemnisés s?établit quand à lui à 4,776 millions, son plus haut niveau historique.

Par ailleurs, les commandes de biens durables ont enregistré leur cinquième mois consécutif de baisse avec un repli de 2,6% en décembre. Les analystes n?avaient anticipé qu?un recul de 2%. En outre, le chiffre du mois de novembre a fortement été revu à la baisse, faisant état d?une chute de 3,7% des commandes de biens durables, contre -1,5% annoncé précédemment. Sur l?ensemble de l?année 2008, ces commandes ont chuté de 5,7%.

Les ventes de logements neufs aux Etats-Unis ont atteint un plus bas historique, chutant de 14,7% en décembre par rapport au mois précédent. Elles se sont établies à 331.000 unités (en rythme annuel), à leur plus bas niveau depuis la création de cette statistique enn 1963. Les analystes tablaient de leur côté sur 400.000 ventes. Le repli de près de 15% est le plus important enregistré depuis 1994.

Du côté des valeurs, Ford perd 3,94% à 1,95 dollar. Le deuxième constructeur automobile américain a annoncé ce jeudi une lourde perte au titre du quatrième trimestre 2008, à 5,9 milliards de dollars. Hors exceptionnels, cette perte ressort à 1,37 dollar par action, contre 1,23 dollar attendu par les investisseurs. Sur l?ensemble de l?année, le groupe a perdu 14,6 milliards de dollars, contre un déficit de 2,7 milliards en 2007. Considéré comme le moins fragile des grands constructeurs automobiles américains, Ford a réaffirmé qu?il n?avait pas besoin de fonds publics pour poursuivre ses activités, à l?inverse de General Motors et de Chrysler qui ont reçu près de 15 milliards de dollars en prêt relais de la part du Trésor.

Qualcomm chute de 4,59% à 35,13 dollars. Le numéro un mondial des puces pour téléphones portables a annoncé mercredi soir un bénéfice en baisse de 56% au titre de son premier trimestre 2008-09, à 341 millions de dollars. A base comparable, les profits atteignent 31 cents par titre, bien loin de 47 cents anticipés par les marchés. Le groupe a par ailleurs abaissé ses prévisions de résultats, na tablant plus que sur un chiffre d?affaires allant de 9,3 à 9,8 milliards de dollars. Il anticipait précédemment des ventes comprises entre 10,2 et 10,8 milliards.

Le groupe pharmaceutique Eli Lilly abandonne 2,87% à 37,97 dollars, après avoir enregistré une perte de 3,63 milliards de dollars au quatrième trimestre 2008, en raison de charges liées au rachat du spécialiste des biotechnologie ImClone pour 6,5 milliards de dollars. Hors exceptionnels, le groupe est dans le vert, avec un bénéfice de 1,07 par action, contre 1,05 dollar escompté par les investisseurs. Eli Lilly a par ailleurs réitéré son objectif de profits pour l?année en cours, entre 4 et 4,25 dollars par titre.

Du côté des hausses, 3M prend de 2,04% à 56,55 dollars. Le groupe diversifié a publié une baisse de 37% de ses bénéfices sur les trois derniers mois de 2008, à 536 millions de dollars. Son chiffre d?affaires a reculé de 11% sur la période, à 1,7 milliard de dollar. Par action et hors exceptionnels, les profits s?établissent à 97 cents, quatre cents de mieux que le consensus du marché. Mais le créateur du Scotch et du Post-it a abaissé ses prévisions pour l?année en cours, tablant sur un BPA (bénéfice par action) compris entre 4,30 et 4,70 dollars par action. La fourchette précédente allait de 4,50 à 4,95 dollars.

Colgate-Palmolive progresse de 2,15% à 65,22 dollars. Le groupe américain de produits d'hygiène et de beauté a dégagé un bénéfice net de 497 millions de dollars au quatrième trimestre, en hausse de 20%. Le BPA s?élève à un dollar, hors exceptionnels, contre 98 cents escomptés par les analystes. Sur l?ensemble de l?année, les profits ont atteint 1,9 milliard de dollars, contre 1,7 milliard en 2007. Le groupe se dit confiant pour l?année en cours, s?attendant à une nette augmentation de sa marge brute.

Altria progresse de 0,18% à 16,83 dollars après avoir annoncé des résultats conformes aux attentes. Le fabricant de cigarettes a ainsi dégagé 679 millions de dollars de profits sur les trois derniers mois de 2008, contre 2,19 milliards l?an précédente. Le bénéfice a fondu de 49% sur l?ensemble de l?année, à 4,9 milliards de dollars. Pour l?exercice en cours, le groupe table sur un BPA compris entre 1,70 et 1,75 dollar. Les investisseurs escomptent de leur côté 1,75 dollar. Par ailleurs, Altria a annoncé la suspension de son programme de rachat d?actions.

Enfin, Starbucks est stable à 9,65 dollars. La chaîne de vente de cafés va supprimer 6.700 postes dans les prochains mois, afin d?économiser 500 millions de dollars en 2009. 300 points de ventes, dont 200 aux Etats-Unis, seront ainsi fermés. Sur les trois premiers mois de son exercice 2008-2009, le groupe a vu ses profits plonger de 69% à 64 millions de dollars. Rapporté par action, le bénéfice ressort à 15 cents hors éléments exceptionnels, contre 17 cents attendus par le marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :