La Bourse de Paris peine à atteindre les 3.700 points

 |   |  330  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Après avoir touché un nouveau plus haut depuis dix mois dans les premiers échanges, la Bourse de Paris est repassée légèrement dans le rouge. A mi-séance, le CAC recule de 0,3% à 3.669 points.

Dans un marché légèrement dans le rouge à mi-séance, le titre Natixis, valeur du SBF 120, s'envole de 31,88% à 3,04 euros. Hier, la cotation du titre a été suspendue sur des rumeurs de garantie d'actifs de la part de sa maison-mère BPCE. Ce mercredi matin, la banque a confirmé cette garantie de 35 milliards d'euros et publié une perte trimestrielle de 883 millions d'euros.

Sur le CAC, Dexia gagne 2,18% à 6,65 euros. La banque franco-belge publiera ses résultats trimestriels cet après-midi.

 

Toujours sur le CAC, Alcatel-Lucent bondit de 15,9% à 2,86 euros. C'est bien sûr la plus forte hausse de ce début de séance. Depuis un mois, la valeur a repris plus de 60% après son effondrement en 2008. Ce matin, Alcatel-Lucent bénéficie d'une forte hausse de recommandation de Natixis, qui est passé de vente à achat sur le titre.

 

Suez Environnement est très bien orienté également. Le titre gagne 8,25% à 14,11 euros. Les marchés apprécient les résultats trimestriels, même s'ils sont en baisse. Ils ne sanctionnent pas la baisse des objectifs 2009.

Dans son sillage, son rival Veolia avance de 3,33% à 24,83 euros.

 

Hors CAC 40, Bourbon affiche un gain de 2,90% à 33,20 euros après des résultats trimestriels solides. Le titre résiste à la baisse des cours du brut. Ce n'est pas le cas de Total. La première capitalisation du CAC abandonne 1,08% à 40 euros et pèse sur la tendance. Vallourec, pour sa part, perd 1,45% à 108,55 euros.

Schneider Electric, une valeur cyclique, subit le plus fort repli du CAC à mi-séance. Le titre perd 2,5% à 65,80 euros.

 

BNP Paribas est encore mal orienté, la cinquième capitalisation du CAC, recule de 1,7% à 57,65 euros.

 

Sur le SBF 120, Sperian Protection abandonne 1,65% à 46,22 euros. Les résultats du groupe sont particulièrement mauvais au deuxième trimestre.

 

Sur les marchés pétroliers, les cours du brut retombent. Si le baril de WTI américain s'échange contre 72,21 dollars, celui de Brent de la mer du Nord vaut 72,07 dollars. Côté devises, l'euro vaut 1,4302 dollar.

 

(également disponible en vidéo)

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :