La Bourse descend vers les 3.700 points

 |   |  362  mots
Après une ouverture hésitante, le CAC 40 recule de 0,9% à 3.705 points.

Après une ouverture hésitante, la Bourse de Paris s'enfonce en territoire négatif dans la matinée. Le CAC 40 recule de 0,9% à 3.705 points.

La plus forte baisse est signée Vallourec : -4,4% à 111,35 euros. Le titre est pénalisé par le repli des cours du pétrole. Par ailleurs, le président du directoire Philippe Crouzet a indiqué aux Echos s'attendre à une baisse significative de la marge opérationnelle pour les prochains trimestres.

Egalement dans le rouge, Michelin recule de 2,2% à 53,36 euros. Selon la Lettre de l'Expansion, le groupe aurait réduit ses prévisions de ventes de pneumatique.

Pernod Ricard est aussi mal orienté : -1,36% à 53,10 euros. ING est passé à vendre sur le titre.

Les valeurs industrielles sont aussi à la peine. On notera la baisse d'Alstom -1,2% à 49,87euros, de Lafarge -1,14% à 58,71euros et de Saint-Gobain -1% à 33,10 euros.

De son côté, ArcelorMittal recule de 1,11% à 25 euros. Dans un entretien au Wall Street Journal, le PDG Lakshmi Mittal a tablé sur une reprise lente et progressive.

Après une ouverture dans le vert, Veolia est finalement repassé en territoire négatif : -0,7% à 25,73 euros. Henri Proglio, le PDG du groupe, a officiellement été nommé à la tête d'EDF. Il devrait conserver des fonctions non exécutives chez Veolia.

Pour sa part, l'action EDF recule de 0,5% à 38,73 euros alors GDF Suez fait partie des rares hausses de la matinée : +0,6% à 29,78 euros. Les prix du gaz ne devraient pas baisser au 1er octobre.

Sur le SBF 120, Club Méditerranée bondit encore de 2,3% à 16,41 euros. L'homme d'affaires Christian Audigier souhaite s'associer à Bernard Tapie et investir 5 à 10 millions d'euros dans le groupe. Le titre a gagné plus de 16% la semaine dernière dont près de 10% vendredi sur ces informations.

Sur le marché des devises, il y a beaucoup de spéculations ce matin autour du dollar. Le billet vert est tombé à des plus bas face au yen, mais au contraire se renforce face à l'euro. 1 euro vaut ainsi 1,4605 dollar.

Pour les cours du pétrole, ils sont en baisse. Le baril de WTI américain s'échange contre 65,50 dollars. Le baril de Brent de la Mer du Nord vaut 64,62 dollars.

(Flash boursier également disponible en vidéo sur votre site latribune.fr)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
bonjour,

je suis toujours étonné de lire vos articles sur la bourse et son soi disant fonctionnement quasi normal.
En effet lorsque l'on lit la revue de presse inetrnationale de Pierre Jovanovic, du Wall Street Journal, en passant par Bloomberg, le Telegraph ou encore le Daily Mail, les constats sont beaucoup plus pessimistes et alarmistes que les votres.
Vraiment il me semble que les médias français dans leur ensemble ont décidé de ne rien voir.
Ou bien s'agit il de ne pas affoler la "pauvre population" que nous sommes ???
Il est vrai que nous, en tant que "bas peuple", ne sommes pas aptes à comprendre les hauteurs de ce monde.

Non tout est faux, la spéculation a repris de plus belle, quatre ou cinq multinationales se vendent mutuellement des actions afin de donner de l'activité boursière factice, nombre de pays ont en faillite, une commission dernièrement en Suisse s'est réuni autour d'un projet éventuel de fermeture des banques vu l'ampleur des dégats, et la planche à billet tourne à plein régime.
La chine achète de l'or en quantité prévoyant la fin du dollar d'ici peu...
Vraiment La tribune retse visiblement dans une ornière et si elle est involontairre, là c'est plus grave, il s'agit d'aller consulter.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Kio je rejoins votre analyse...2 ou 3 gros investisseurs font le printemps.....mais où est le marché.....tromperie....économie dirigée comme dans l'Union Soviètique des années de gloire.....attention à la chute du mur!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Klo> Vous avez mal saisie le principe. Les traders US veulent deja refaire du profits car la collecte des particuliers est suffisante (les dindons). En Europe nous attendons un peu plus (maudit livret A). Mais rassurez vous, des que nous aurons fini d'étudier si l'EU a les reins assez solide pour un "W" nous recommencerons a voir le verre a moitié vide.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il ne s'agit pas d'une crise mais de l'effondrement d'un systeme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :