Wall Street en baisse, McDonald's chute

 |   |  648  mots
Wall Street a clôturé en baisse ce mardi alors que la dégradation de la note de la dette de la Grèce inquiète les marchés. Le Dow Jones perd ainsi 1% à 10.286 points, les Nasdaq recule de 0,76% à 2.173 points et le S&P 500 laisse 1,03% à 1.092 points.

Wall Street s'est inscrite en baisse ce mardi, cherchant toujours un second souffle. Les propos prudents de Ben Bernanke, le président de la Fed, sur la conjoncture ont certes calmé les craintes que la hausse des taux n'intervienne plus tôt que prévu. Mais les marchés s'inquiètent de l'endettement des Etats alors que Fitch a dégradé la note de la dette publique de la Grèce. En outre, les ventes de McDonald's et les prévisions décevantes de 3M ont pesé sur les indices, tout comme le raffermissement du dollar.

A la clôture, le Dow Jones perd ainsi 1% à 10.286 points, les Nasdaq recule de 0,76% à 2.173 points et le S&P 500 laisse 1,03% à 1.092 points.

Du côté des valeurs, McDonald's chute de 2,13% à 60,61 dollars. Le numéro un mondial de la restauration rapide est sanctionné après la baisse de 0,6% de ses ventes au mois de novembre sur le sol américain, à nombres de restaurants comparables. Il s'agit du deuxième mois consécutif de baisse des revenus du groupe aux Etats-Unis. Après avoir longtemps résisté à la crise, McDonald's subit désormais les effets de la hausse du chômage, notamment sur son activité de petit déjeuner. Ses ventes globales restent en hausse, progressant de 0,7% sur le mois, portées notamment par les bonnes performances enregistrées en Europe.

Les valeurs pétrolières pèsent à nouveau sur la tendance ce mardi alors que les cours du pétrole reculent à nouveau, sous les 73 dollars le baril sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). Exxon Mobil cède ainsi 1,11% à 72,95 dollars, Chevron abandonne 1,80% à 76,76 dollars et ConocoPhillips laisse 1,73% à 49,94 dollars. Les parapétrolières Schlumberger et Halliburton perdent respectivement de 2,22% à 60 dollars et de 3,25% à 26,80 dollars.

A l'opposé, FedEx grimpe de 2,70% à 89,88 dollars. Le groupe de messagerie et de logistique a relevé ses objectifs pour le trimestre en cours, le deuxième de son exercice décalé 2009/10. Le géant de Memphis estime être en mesure de dégager un bénéfice par action (BPA) de 1,10 dollar sur la période, contre une précédente fourchette allant de 65 à 95 cents et contre un consensus de 85 cents. FedEx évoque une forte croissance de la demande internationale, surtout en Asie et en Amérique latine.

3M recule de 1,03% à 77,11 dollars après avoir livré des objectifs légèrement décevants pour le quatrième trimestre, confirmant tabler sur BPA compris entre 4,50 et 4,55 dollars, là où les analystes misaient sur 4,57 dollars. En revanche, le conglomérat industriel, créateur du Scotch et du Post-It, attend des résultats supérieurs aux attentes pour 2010. Il table sur un chiffre d'affaires allant de 24,5 à 25,5 milliards de dollars, contre un consensus de 24,46 milliards de dollars. Les profits sont escomptés entre 4,85 et 5 dollars par titre alors que les opérateurs attendent 4,94 dollars.

Sur le secteurs des télécoms, Motorola s'adjuge 6,03% à 8,62 dollars alors Bernstein a entamé la couverture du titre, avec une recommandation initiale de "surperformer" et un objectif de cours de 11 dollars. L'intermédiaire met en avant les opportunités que devraient créer une possible scission de ses activités. En revanche, l'opérateur de téléphonie mobile Sprint Nextel plonge de 6,46% à 3,91 dollars, sous l'effet de prises de bénéfices après s'être envolé de 13% lundi grâce aux commentaires de l'hebdomadaire financier Barron's.

Enfin, Kroger s'effondre de 11,90% à 20,13 dollars. Le distribution alimentaire a nettement revu à la baisse ses prévisions pour l'ensemble de l'année, n'attendant plus qu'un BPA compris entre 1,60 et 1,70 dollars sur l'ensemble de l'année, contre une fourchette précédente allant de 1,90 à 2 dollars. Kroger a en outre déçu les investisseurs au troisième trimestre, affichant une perte nette de 875 millions de dollars. Hors exceptionnels, il affiche cependant un bénéfice par action de 27 cents, là où les analystes avaient anticipé 37 cents. Son chiffre d'affaires est resté stable sur la période, à 17,7 milliards de dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :