Le gel des tarifs d'ADP est sanctionné par le marché

 |   |  369  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Comme l'affirmait La Tribune, l'opérateur a dévoilé ce mercredi aux compagnies sa proposition de tarifs pour 2010 et pour 2011-2015. ADP a gelé pour l'année prochaine toute augmentation des redevances et a du coup abaissé ses prévisions. Une annonce qui ne plaît pas au marché.

Aeroports de Paris (ADP) sort du bois sur le sujet sensible des redevances aéroportuaires. Une réunion était prévue ce mercredi avec les représentants des compagnies aériennes, durant laquelle la direction a présenté ses propositions tarifaires pour l'année 2010 et les cinq années du prochain contrat de régulation économique (CRE 2) 2011-2015. Les tarifs définitifs 2010 seront validés avec l'État - actionnaire à près de 60 % - en janvier. Le CRE 2 fera, quant à lui, l'objet d'une négociation l'an prochain.

Le moins que l'on puisse dire est que le gestionnaire des aéroports de Roissy et d'Orly tient compte de la situation catastrophique des compagnies. ADP propose en effet de geler pour 2010 toute augmentation des redevances, "ayant entendu les demandes de modération tarifaire exprimées par les compagnies aériennes dans un contexte économique difficile". "Cette modération se traduirait par un gel des tarifs en 2010 et par une évolution moyenne annuelle des tarifs des redevances de 1,38% au-delà de l'inflation sur la période 2011-2015", explique le groupe dans un communiqué.

Selon La Tribune, ADP exige une contrepartie à ses efforts pour financer ses investissements, même si l'enveloppe est nettement revue à la baisse par rapport au contrat 2006-2011. La direction demande, pour le CRE 2, une modification du périmètre régulé en passant du principe de caisse unique, où la totalité des actifs sont regroupés, à une caisse non pas double, mais ajustée. L'objectif étant de pouvoir séparer certaines activités, comme l'immobilier de diversification ou une partie des commerces, et d'avoir, sur ces dernières, la liberté d'appliquer ses tarifs. Le moyen de compenser la très faible hausse des redevances aéroportuaires.

Dans le même temps, ADP a très légèrement réhaussé son objectif de résultat d'exploitation 2009 mais rabaissé celui de 2010. Désormais, il anticipe un excédent brut d'exploitation (Ebitda) compris entre 850 et 880 millions d'euros en 2009, contre prévision précédente de 848 millions d'euros. Pour 2010, il anticipe un Ebitda compris entre 850 et 880 millions d'euros, alors qu'il prévoyait jusqu'ici une fourchette comprise entre 900 et 960 millions d'euros.

En Bourse, le titre ADP a été sanctionné lourdement pour chuter de 3,03% à 50,25 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :