Le titre EDF porté par des perspectives d'arbitrage favorable sur le démantèlement des centrales

 |   |  251  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le titre EDF gagne 3,65% ce lundi et fait partie des plus fortes hausses. Le marché salue la perspective d'un délai de 5 ans pour financer le démantèlement de ses centrales nucléaires.

EDF devrait obtenir un délai de cinq ans pour financer le démantèlement de ses centrales nucléaires, selon les Echos. Les marchés saluent cette nouvelle, le titre EDF progresse de 3,65% à 40,42 euros à la Bourse de Paris.

Cette mesure figurerait dans la version du projet de loi sur "la nouvelle organisation du marché de l'électricité" qui a été transmise pour avis au Conseil d'Etat. Il pourrait passer en conseil des ministres mi-avril avance d'être examiné par le parlement.

En vertu de ce projet de loi, EDF devra toutefois céder à prix coûtant une partie de sa production à ses concurrents mais à un prix qui couvrira ses frais. EDF était fermement opposé à cette réforme qui a fait l'objet d'engagements vis-à-vis de la commission européenne. Il semble ainsi avoir obtenu que cette mouture lui soit plus favorable.

Selon la loi Birraux de 2006, l'entreprise avait jusqu'en juin 2011 pour se constituer un portefeuille d'actifs dédiés, dont la vente progressive doit permettre de payer la déconstruction des centrales, le stockage définitif des déchets atomiques, et la gestion du combustible usé, rappelle Les Echos.

A fin de 2009, ce portefeuille composé d'actions et d'obligations valait 11,4 milliards d'euros, à comparer à un coût total de démantèlement évalué en 2008 à 16,9 milliards d'euros.

Initialement, EDF pensait atteindre le montant cible dès la fin de 2010. Mais la crise financière a fait chuter la valeur de son portefeuille et a incité la direction à suspendre les versements de septembre 2008 à juin 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :