La Bourse de Paris termine en nette baisse, sous les 4.000 points

 |   |  672  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La Bourse de Paris termine dans le rouge ce mercredi, après sa nette hausse la veille. A la clôture, le CAC 40 repasse sous les 4.000 points et perd 1,22% à 3.977 points.

La Bourse de Paris termine dans le rouge ce mercredi, après sa nette hausse la veille. A la clôture, le CAC 40 repasse sous les 4.000 points et perd 1,22% à 3.977 points.

Le secteur bancaire évolue dans le rouge. BNP Paribas signe la plus forte baisse de l'indice parisien. Le titre perd 3,4% à 53,98 euros. Société Générale abandonne 2,48% à 44,28 euros. La banque a annoncé refuser d'inscrire à l'ordre du jour de son assemblée générale un projet de résolution soutenu par le fonds activiste PhiTrust et des actionnaires représentant 1,36% du capital, visant à dissocier les fonctions de président et de directeur général de la banque française.

Les valeurs pétrolières et parapétrolières sont orientées à la baisse. Total, la première capitalisation du CAC 40, recule de 1,31% à 43,16 euros. Vallourec cède 1,22%. Pourtant les cours du brut poursuivent leur remontée malgré la hausse inattendue des stocks américains de pétrole brut, le baril de WTI américain s'échange contre 84,92 dollars et celui de Brent de la mer du Nord contre 85,58 dollars.

Peugeot, qui a signé la plus forte hausse du CAC 40 la veille, abandonne ce mercredi 0,09% à 22,86 euros. Le constructeur a relevé ses prévisions de résultat pour le premier semestre 2010 après trois premiers mois de l'année marqués par une croissance de son chiffre d'affaires supérieure aux attentes. Dans son sillage, Renault recule de 1,74%. Les ventes mondiales (voitures et utilitaires légers) du groupe automobile ont pourtant progressé de 32,6% en mars par rapport au même mois de 2009.

EADS cède 0,38% à 14,58 euros. Le groupe a informé le Pentagone qu'il participerait à l'appel d'offres des avions ravitailleurs de l'armée de l'air américaine face à Boeing.

Hors CAC 40, Autoroutes Paris-Rhin-Rhône cède 0,02% à 56,34 euros. Le groupe a pourtant enregistré au premier trimestre une hausse de 4,4% de son chiffre d'afaires des péages, un premier redémarrage du trafic poids lourds ayant compensé les récents épisodes neigeux qui ont frappé l'Hexagone.

Biomérieux abandonne 1,36% à 84,71 euros. L'entreprise spécialisée dans le diagnostic in vitro a annoncé la signature d'un accord de collaboration avec la société américaine Knome, assorti d'une entrée au capital de cette entreprise spécialisée sur le séquençage et l'analyse du génome pour la recherche biomédicale.

Gemalto recule de 2,54% à 32,28 euros après un abaissement de recommandation de Goldman Sachs.

Du coté des hausses, Alcatel-Lucent signe la plus forte hausse du CAC 40. Le titre progresse de 1,56% à 2,54 euros.

Accor prend 1,08% à 43,10 euros. Le groupe spécialisé dans l'hôtellerie a indiqué avoir bénéficié au premier trimestre des premiers signes d'amélioration observés dans l'hôtellerie où les taux d'occupation ont progressé dans le haut et milieu de gamme et se sont stabilisés dans l'hôtellerie économique en Europe. Cette tendance encourageante observée dans l'hôtellerie s'est confirmée dans les premiers jours d'avril. Le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 3,1% à 1,7 milliard d'euros, un chiffre supérieur au consensus.

Hors CAC 40, Bic bondit de 8,12% à 61,22 euros. Le groupe a annoncé un chiffre d'affaires du premier trimestre à 378,3 millions d'euros, en hausse de 8,8%, et un bénéfice net à 35,4 millions, en progression de 32,3%. Le groupe prévoit pour 2010 une hausse modérée de ses ventes sur une base comparable de ses activités grand public ainsi qu'une légère amélioration de la marge d'exploitation normalisée.

Eiffage affiche une hausse de 0,12% à 40,35 euros. Les grands actionnaires institutionnels d'Eiffage, menés par le Fonds stratégique d'investissement (FSI), pressent son PDG, Jean-François Roverato, de se trouver un dauphin, selon l'édition électronique du journal Les Echos. Lors de l'AG d'Eiffage, prévue mercredi, Jean-François Roverato, 65 ans, devrait être renouvelé comme administrateur pour un mandat de trois ans. Mais le conseil d'administration qui se tiendra dans la foulée ne devrait le nommer PDG que pour un an, selon Les Echos.

CGG Veritas gagne 2,23% à 23,86 grâce à une hausse de recommandation de JP Morgan.

Du coté des devises, un euro vaut 1,3382 dollar.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :