Retour en grâce pour l'action Nicox

 |   |  328  mots
L'action du laboratoire français de biotechnologie NicOx bondit ce mardi à la Bourse de Paris, après avoir publié des résultats jugés "prometteurs" d'études précliniques sur deux nouveaux médicaments.

En pleine débandade boursière depuis les déconvenues affichées par son médicament vedette Naproxcinod, Nicox retrouve des couleurs en Bourse avec cinq séances consécutives dans le vert.

Le titre du laboratoire s'est même envolé de plus de 20% lundi, alors qu'il avait chuté de près de 63% au cours des deux dernières semaines après un avis défavorable d'experts de l'agence sanitaire américaine (FDA) à la commercialisation de l'anti-inflammatoire Naproxcinod, son médicament-phare contre l'arthrose.

Ce mardi, l'action grimpait encore de 4,74% à 3,36 euros à la clôture. A l'image de la séance de la veille, où 11% du capital a été échangé, les volumes sont de nouveau importants, à hauteur de 6% du capital.

Mais cette fois ce n'est pas l'actualité autour du Naproxcinod qui agite les investisseurs mais une annonce autour de deux nouveaux médicaments. NicOx a fait état de résultats jugés prometteurs concernant deux de ses candidats-médicaments, dans les domaines de l'ophtalmologie et du traitement de la douleur.

Dans un communiqué, la société de biotechnologies précise que le NCX 434 est passé au stade préclinique - première phase d'essais sur un médicament en développement - dans le traitement de l'oedème maculaire diabétique, une maladie qui provoque une détérioration de la rétine. Egalement passé au stade préclinique, le NCX 1236 vise pour sa part les douleurs neuropathiques causées par une détérioration ou un dysfonctionnement du système nerveux central ou périphérique.

Si le marché apprécie, les analystes restent néanmoins prudents. Dans une note, Pierre Corby, analyste chez Aurel, indique que "ces deux molécules sont encore en phase préclinique et nécessiteront de nombreuses années de développement avant d'être commercialisées (si leur efficacité est prouvée chez l'homme)". Il estime donc que "le futur de la société reste dépendant de son produit phare, le Naproxcinod".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :