Maurel et Prom : la perte opérationnelle sanctionnée en Bourse

 |   |  353  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le groupe pétrolier Maurem & Prom a publié une perte opérationnelle de 41,8 millions d'euros. Mais son résultat net part du groupe a atteint 51 millions d'euros.

Maurel & Prom a publié une perte opérationnelle au titre du premier semestre 2010 en raison de coûts d'exploration élevés. Déficitaire en 2009, le groupe avait fait savoir au printemps qu'il prévoyait un retour aux bénéfices en 2010 grâce notamment à une augmentation prévisible de sa production au Gabon et au Nigeria, où le groupe pétrolier est en train de se recentrer.

"Les récents développements au Gabon (...), associés à l'entrée dans le périmètre du Nigeria vont permettre au groupe d'accroître significativement sa production et ses réserves dans les prochains mois", a-t-il ajouté, après l'acquisition de puits pétroliers au Nigeria fin juillet par la société Seplat, dont il détient 45% du capital.

Maurel & Prom a enregistré au premier semestre une perte opérationnelle de 41,8 millions d'euros, contre un bénéfice de 5,9 millions au premier semestre 2009, en raison notamment de coûts d'exploration passés en charge de 75,4 millions. Son résultat net part du groupe a en revanche atteint 51 millions d'euros, contre 2 millions un an plus tôt, grâce à un résultat financier de 104 millions - contre 9 millions - traduisant des gains de change sur les positions en dollar de la société.

Le chiffre d'affaires du groupe, déjà publié, a pour sa part atteint 131,3 millions (+68%). Maurel & Prom affiche au 30 juin une trésorerie nette de 128 millions d'euros, en recul de 300 millions par rapport à fin 2009, notamment en raison du remboursement d'obligations convertibles et des efforts d'investissements de la société.

Le groupe, qui avait basé sa stratégie sur la mise en valeur de son domaine d'exploration et la mise en production rapide de ses découvertes, a choisi de s'adapter à la crise en se recentrant sur l'appréciation et le développement de ses ressources, notamment au Gabon et au Nigeria.

En Bourse, le titre a reculé de 0,46% à 8,71 euros. Le titre a en outre été pénalisé part l'abaissement de la recommandation d'Oddo, passé d'"achat" à "accumuler" sur le titre. L'intermédiaire a également réduit son objectif de cours, de 13,5 à 11 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :