La Bourse de Paris rattrapée par des statistiques décevantes

A la clôture, le CAC 40 cède 0,09% à 3.858,72 points. Le marché parisien aligne une cinquième séance dans le rouge après des indicateurs américains ressortis en-deçà des attentes des analystes.

4 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters

Il n'y aura finalement pas eu de rebond à la Bourse de Paris. Le CAC 40 a de nouveau clôturé en baisse ce mardi de 0,09% à 3.858,72 points. Après avoir évolué en hausse une grande partie de la journée, l'indice parisien a effacé ses gains dans le sillage de statistiques américaines décevantes.

Ainsi, l'indice du Conference Board sur la confiance des consommateurs a mis fin à une série de deux mois de progression pour baisser à 52,5 contre 54,3 en novembre. Une baisse qui a pris de court les analystes qui tablaient au contraire sur une nouvelle progression à 56,1. Elle s'explique notamment par des craintes grandissantes des ménages concernant le marché du travail.

Par ailleurs, la situation de l'immobilier aux Etats-Unis ne montre guère de signes de redressement. L'indicateur Case Shiller sur les prix de l'immobilier, publié également ce mardi, a fait ressortir une accélération de la baisse des prix de logements en octobre, de 1% sur un mois.

Ces annonces décevantes ont pris encore plus de relief dans un marché où les volumes sont restés peu étoffés en cette fin d'année. Moins de 1 milliard d'euros ont été échangés sur la place parisienne.

Valeurs en hausse

Le marché parisien est néanmoins parvenu à limiter ses pertes grâce au rebond des valeurs bancaires et de Total, fortement pondérés dans l'indice. Crédit Agricole prend 0,79% à 9,66 euros et Société Générale 0,41% à 41,51 euros.

De son côté, Total avance de 0,1% à 40,03 euros,  encouragé par des cours du pétrole toujours au-dessus des 90 dollars. Les achats à bon compte se justifient d'autant plus que groupe pétrolier affiche un bilan négatif sur 2010 (-11%).

Alcatel-Lucent s'est aussi distingué en signant la plus forte progression du CAC 40 (+1,85% à 2,20 euros). L'équipementier télécoms a réglé à l'amiable une affaire où il était accusé par la justice américaine d'avoir corrompu certains responsables afin de gagner des contrats en Amérique latine et en Asie. Il a accepté de verser plus de 137 millions de dollars. La valeur profite par ailleurs d'un effet de rattrapage. Le titre est en progression de 3,76% sur un mois et s'affiche en baisse de plus de 7% depuis le debut de l'année.

Lafarge (stable à 46,95 euros) a profité dans la journée de l'annonce d'une cession d'actifs avant d'effacer ses gains. Le groupe de matériaux de construction va vendre ses actifs de granulats et de béton au Portugal, en Alsace et en Suisse pour 120 millions d'euros.

Valeurs en baisse

Certaines cycliques ayant bien performé en 2010 ont subi des prises de bénéfices dans le cadre des traditionnels arbitrages de portefeuille en fin d'année. Ainsi, EADS est lanterne rouge du CAC 40 avec une baisse de 0,83% à 17,87 euros. LVMH rétrocède 0,8% à 124,65 euros. Le secteur automobile n'est pas non plus épargné. Peugeot laisse 0,55% à 28,68 euros et Renault 0,67% à 43,15 euros.

 Les valeurs défensives, délaissées en 2010, ne profitent pas pour autant d'achats à bon compte. Chez les utilities, Suez Environnement recule de 0,48% à 15,41 euros et sa maison-mère GDF Suez de 0,62% à 27,42 euros. France Télécom abandonne 0,35% à 15,77 euros.

ArcelorMittal cède 0,3% à 28,31 euros sur des craintes de ralentissement de la demande chinoise après le relèvement des taux d'intérêt décidé par Pékin.

De son côté, Accor recule de 0,55% à 33,38 euros. Le groupe hôtelier discute toujours de sa sortie du capital de la société de casinos Lucien Barrière.

Hors CAC 40

Meilleure performance 2010 du SBF250, Plastic Omnium rétrocède un peu de terrain en cette fin d'année. Le titre de l'équipementier automobile chute de 4,67% à 50,21 euros.

JC Decaux (+1,6% à 23,52 euros) et ADP (-0,68% à 58,78 euros) ont réagi de façn contrastée à l'annonce mardi de la création d'une entreprise commune pour l'exploitation de la publicité dans les aéroports.

Après avoir décroché à l'ouverture du marché, le spécialiste des services informatiques Risc Group, coté sur le compartiment C d'Euronext, a renversé la tendance pour clôturer sur une nette hausse de 9,09% à 24 centimes d'euros. La société a cédé quatre de ses filiales à l'étranger à l'éditeur de logiciels STS pour 6,1 millions d'euros.

Devises et pétrole

Sur le marché des changes, le dollar est reparti en hausse face à l'euro, dans l'après-midi,  après la déception venue des indicateurs américains du jour. 1 euro vaut 1,3111 dollar.

Les cours du brut sont pour leur part en baisse mais restent à des niveaux élevés. Le baril de WTI s'échange contre 91,32 dollars et le baril de Brent de la Mer du Nord contre 94,18 dollars.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.