CAC 40 : la morosité joue les prolongations

 |   |  555  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
En dépit d'un regain d'optimisme en milieu de journée, le marché a finalement succombé aux mauvaises nouvelles macro-économiques outre-Atlantique. Le CAC 40 termine sur un recul de 1,21 % enregistrant sa quatrième séance consécutive de baisse.

Si les quelques incursions en territoire positif à la mi-journée avaient un temps laisser croire à un changement de tendance de l'indice parisien, il n'en fut finalement rien. En terminant mardi la séance sur un recul de 1,21 % à 3.941,58 points, le CAC 40 enregistre sa quatrième séance consécutive de baisse.

L'adoption par l'Europe du plan d'aide au Portugal portant sur une aide de 78 milliards d'euros accordé par l'Union Européenne et le FMI, aurait pu être une nouvelle de nature à rassurer les investisseurs sur le sujet de la dette souveraine en zone euro.

Mais le sauvetage du Portugal, déjà largement "pricé" par le marché, n'a pas suffit à éteindre les craintes entourant la situation de la Grèce. D'autant que depuis lundi, c'est désormais le cas des Etats-Unis qui est dans le collimateur des marchés.

Et s'il n'y avait que cela. Sur le front macro-économique aussi les nouvelles ne sont pas des plus réjouissantes. En Europe, le baromètre ZEW du moral des milieux financiers allemands en mai est ressorti ce matin en baisse (plus marquée que prévu) pour le troisième mois consécutif.

Mais ce sont surtout les chiffres de l'immobilier américain qui ont poussé en milieu d'après-midi les indices à broyer une nouvelle fois du noir. Le secteur peine effectivement à se redresser outre-Atlantique et la construction de nouveaux logements a fortement chuté en avril tandis que le nombre de permis de construire s'est également inscrit en recul sur la période.

Valeurs en baisse.

C'est Bouygues qui est resté lanterne rouge du CAC 40 tout au long de la séance de mardi. Le titre a conclu sur une baisse de 4,49 % à la suite de la publication de ses résultats trimestriels lundi soir. Son résultat opérationnel s'est inscrit en baisse de 10 % et son résultat net en chute de 81 % à 34 millions d'euros en raison, notamment, de la moindre contribution d'Alstom dont les résultats trimestriels ont été moins bons que prévu.

Le secteur technologique a été également malmené avec un recul de 4,34 % du titre Alcatel-Lucent et de 3,32 % de celui de STMicroelectonics.

Toute une série de valeurs cycliques étaient par ailleurs mal orientées. A l'image de Michelin (-2,65 %), Saint-Gobain (-2,59 %), EADS (-2,43 %), PPR (-2,17 %), Peugeot (-2,10%) ou encore ArcelorMittal (-2,06 %).

Valeurs en hausse.

Dans ce contexte, seule une valeur a conclu la séance dans le vert. Il s'agit de Carrefour qui a progressé de 0,43 % après s'être adjugé en séance jusqu'à 3,47 %. Une appréciation qui tient directement à la confirmation des objectifs financiers sur 2011 et au projet d'introduction en Bourse des actifs immobiliers du groupe à l'occasion de la journée investisseurs du groupe.

Hors CAC.

Gecina (+ 0,95%) a annoncé lundi envisager de déposer un projet d'offre publique de retrait suivie d'un retrait obligatoire visant les actions de sa filiale Gecimed, société foncière dédiée exclusivement à l'immobilier médical dont il détient 98,6% du capital.

Pétrole et devises.

Les cours du pétrole s'inscrivaient en forte baisse sur la fin de journée. Le prix du baril de Brent de la Mer du Nord s'échangeait contre 108,4 dollars (-2,43 %) tandis que le WTI reculait de 2,13 % à 95,23 dollars.

Dans le même temps, la devise européenne glissait face au billet vert. A 18h00 un euro s'échangeait contre 1,415 dollar.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :