Le CAC 40 se replie avant les résultats des "stress tests"

 |   |  771  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Rendu fébrile par l'attente des résultats des "stress test" des banques en Europe, le marché parisien a de nouveau terminé la semaine dans le rouge.

La Bourse de Paris n'aura pas réussi à se reprendre en fin de semaine. Le CAC 40 a clôturé vendredi sur un nouveau repli de 0,66% à 3.726,59 points. Sur la semaine, l'indice perd 4,78%, soit sa plus forte baisse hebdomadaire depuis un an.

La journée avait déjà mal commencé après la menace de Standard & Poors de dégrader la note à long terme des Etats-Unis. Après Moody's mercredi, l'agence de notation a à son tour mis le marché sous pression. Jeudi soir, l'agence de notation a annoncé qu'il y avait une chance sur deux qu'elle dégraderait la note souveraine de la première économie mondiale "dans les 90 jours qui viennent". "Le moment est venu pour Barack Obama et les républicains de s'entendre sur un budget crédible à même de régler le problème récurrent de la dette" indique-t-elle dans son communiqué, et de prévenir que "s'il s'agit d'un accord au rabais, la note sera abaissée".

Toutefois, le CAC 40 est parvenu à se reprendre en début d'après-midi après l'adoption définitive du plan d'austérité italien. Mais le marché est ensuite reparti à la baisse après la publication d'un indicateur américain faisant état d'une chute de la confiance des consommateurs américains à un niveau sans précédent depuis mars 2009. Alors que le consensus des analystes prévoyait un indice à 72,5 points, ce dernier est ressorti à 63,8 points, soit un niveau sans précédent depuis mars 2009. "Chaque fois que l'indice des anticipations a été aussi bas, l'économie a été en récession", a relevé dans un communiqué le directeur de l'enquête, Richard Curtin.

Dans ce contexte agité, les valeurs financières ont subi des dégagements d'autant plus importants que ce vendredi à 18h, soit après la clôture du marché, étaient dévoilés les résultats des "stess tests" de 91 établissements financiers de la zone euro. Huit banques sur quatre-vingt dix n'ont finalement pas réussi les tests de résistance, dont cinq banques espagnoles.

Valeurs en baisse

Sous tension du fait de la situation économique en Amérique et dans l'attente des résultats des "stress tests", le secteur financier a été le principal contributeur à la baisse du CAC 40. Axa a reculé de 2,19 %, BNP Paribas de 1,67 %. Crédit Agricole a lâché 3,06%, Natixis a plié de 2,97 % et Société Générale de 2,29%.

Schneider Electric a reculé de 2,16 %. Exane BNP Paribas a abaissé son objectif de cours de 140 à 133 euros.

STMicroelectronics (-3,31 %) a été pénalisée par la dégradation de recommandation de Morgan Stanley. L'intermédiaire est passé de "renforcer" à "conserver" dans le sillage d'un environnement sectoriel pénalisé par l'alerte de ASML sur ses commandes du troisième trimestre.

Lafarge a perdu 2,65%. L'agence Fitch Rating estime que si la cession des actifs "plâtre" en Europe et en Amérique du Sud est positive, notamment pour la réduction de l'endettement, elle reste néanmoins encore insuffisante pour que sa note à long terme "BBB-" soit relevée.

Valeurs en hausse

Les valeurs liées à l'automobile ont résisté à la tendance baissière du marché après une note positive de Goldman Sachs qui considère que le secteur automobile est l'un des plus attractifs de l'Europe. Michelin a gagné 1,15 %, Peugeot 0,13 % tandis que Renault a baissé de 0,26 %. Le titre du constructeur au losange a souffert de l'annonce de l'indien Bajaj Auto qui a suspendu un projet de développement d'une petite voiture à bas prix pour Renault et Nissan au motif qu'un tel modèle ne serait pas viable commercialement.

PPR (+0,80 %) a bénéficié d'une configuration technique haussière après avoir franchi 118,7 euros selon des analystes techniques qui le voient monter à 128 euros puis à 132 euros.

Hors CAC

Cybergun a perdu 0,46 % malgré la confirmation de la recommandation de Portzamparc qui a indiqué apprécier la signature intervenue entre le spécialiste dans la conception et de la distribution de répliques d'armes factices et trois studios indépendants.

Arkema (-0,19 %) est revenu proche de l'équilibre après avoir perdu jusqu'à 1,7 %. L'Union Européenne a maintenu la sanction financière à l'encontre du groupe chimique dans le cadre de l'affaire d'une coalition sur des agents blanchissants déjà jugée et sanctionnée en 2006.

Devises et Pétrole

La monnaie unique se repliait face au billet vert. A la clôture des marchés européens, un euro s'échangeait contre 1,415 dollar.

Sur le marché du pétrole, les cours du baril étaient orientés à la hausse. Le baril de Brent de la Mer du Nord gagnait 0,91 % à 117,32 dollars. Dans le même temps, le WTI s'échangeait contre 97,33 dollars (+1,71 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2011 à 18:16 :
Le monde de la Finance est un monde Mafieux...
a écrit le 15/07/2011 à 16:18 :
8 banques à peine ont échoué aux stress tests et doivent se recapitaliser pour à peine 2,5 milliards... Alors que les derniers stress tests étaient massivement critiqués parce qu'ils demandaient de lever 3,5 milliards... Les nouveaux stress tests sont donc encore plus ridicules que les précédents !!! Alors que les agences de notations estiment la recapitalisation à 250 milliards !!! Quand on pense que quelques semaines après les stress tests précédents les banques irlandaises qui avaient réussi ces stress tests ont du être sauvées de la faillite... Que ces stress tests sont ridicules, c'est du grand comique et on est morts de rire en voyant à quel point on se moque de nous !!! Minable et pitoyable.
Réponse de le 16/07/2011 à 8:23 :
Il est tout à fait vrai qu'il y a en ce moment tromperie éhontée .
Il est cependant encore plus vrai que tous les discours entendus depuis bientôt 3 -4 ans sont faux et mensongers. En d'autres temps , pas si éloignés que ça , les armes auraient parlées !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :