Le CAC 40 flanche après un mauvais indice ISM américain

 |   |  777  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Après avoir salué en début de séance l'accord trouvé dans la nuit du dimanche à samedi sur le relèvement du plafond de la dette américaine, les investisseurs soldent leur position après la publication d'un indice ISM manufacturier américain en nette baisse.

Le répit aura été de courte durée. Après une perte hebdomadaire de 3,68%, le CAC 40 a repris des couleurs en début de séance pour finalement effacer ses gains puis s'enfoncer nettement dans le rouge après le net recul de l'indice PMI manufacturier. A 16h15, l'indice parisien plongeait de 2,1% et cotait moins de 3600 points après s'être échangé à plus de 3.700 points durant la matinée dans le sillage de l'accord sur la dette américaine, annoncé dans la nuit du dimanche à samedi. La publication d'un indice ISM manufacturier de 50,4 points, à quelques encablures du seuil de contraction d'activité fixé à 50 points, contre les 54,5 points  initialement escomptés, a jeté un froid de part et d'autre de l'Atlantique.  Alimentant un peu plus la morosité ambiante dans l'attente de l'issue du vote du relèvement du plafond de la dette américaine attendu aujourd'hui. Plus tôt, les investisseurs avaient déjà exprimé quelques doutes avec la publication d'un PMI manufacturier de 50,4 points en zone euro pour le mois de juillet conforme aux attentes mais en recul par rapport à juin .

Outre-Atlantique, à la veille de la date butoir, fixée au 2 août, républicains et démocrates ont trouvé un compromis afin d'éviter le défaut de paiement aux Etats-Unis. L'accord prévoit des réductions de 900 milliards de dollars (environ 630 milliards d'euros) des dépenses de l'Etat fédéral sur 10 ans, la mise sur pied d'un comité bipartite chargé d'étudier des réductions supplémentaires de 1500 milliards de dollars (environ 1041 milliards d'euros) d'ici novembre prochain, et une augmentation en deux étapes du plafond de la dette. Ainsi, au moins 2400 millions de dollars d'économies sont prévus. Environ 350 millions de dollars de la première tranche de réductions portent sur les budgets de la Défense. L'accord ne prévoit pourtant pas des hausses d'impôts.

Le projet de loi doit cependant être approuvé par la Chambre des représentants et le Sénat avant mardi 2 août. En relevant ainsi le plafond de la dette, le Trésor pourra emprunter de l'argent frais, pour rembourser les créances américaines et assurer les dépenses du gouvernement fédéral (salaires des fonctionnaires et programmes d'aides sociales entre autres).

Valeurs en hausse

Sur le front des valeurs, les financières sont à la hausse, dans le sillage de l'accord sur le relèvement du plafond de la dette américaine. Axa gagne 2.02%, Natixis 1,64% et Crédit Agricole 1,33%.

Pour sa part, Air Liquide progressait de 2,63%, tiré par ses bons résultats semestriels. Le numéro un mondial des gaz industriels a annoncé une hausse de 11% de son bénéfice net et de 9,9% de son résultat opérationnel. Une croissance alimentée par le dynamisme des pays émergents.

EADS, qui a annoncé lundi l'acquisition de Vizada pour un montant de 673 millions d'euros, progresse de 1,18%. De son côté, ArcelorMittal s'adjuge 1,15%, après le lancement d'une offre public d'achat en liquide, en partenariat avec l'américain Peabody Energy, pour reprendre toutes les actions de la société australienne Macarthur Coal Ltd. Un prix de 15,50 dollars australiens par titre (environ 1,18 euro) sera proposé aux actionnaires de Macarthur.

Après une dégringolade hebdomadaire de 21% la semaine dernière, Alcatel-Lucent (+0,40%) regagne des forces. Le titre profit du rebond des marchés après l'accord sur la dette américaine et des recommandations positives de JP Morgan et Citi.

Les valeurs des constructeurs automobiles évoluent en ordre dispersé. Renault progresse de 0,24%, malgré le plongeon de 12,4% de ses immatriculations de voitures neuves. Pour sa part, Peugeot affiche la plus forte chute du CAC 40, avec une baisse de 2,20%.

Valeurs en baisse

Veolia Environnement (-1,42%) est l'un de rares valeurs dans le rouge, pénalisée par le abaissement de la recommandation de Goldman Sachs à "neutre". L'intermédiaire a également réduit son objectif de cours sur la valeur à 20,50 euros contre 26 euros.

Hors CAC 40

Imerys (+3,15%) signe la plus forte hausse du SBF 120 après la publication vendredi dernier de résultats semestriels solides et de l'annonce de perspectives favorables. Au premier semestre, le groupe a réalisé un résultat net en hausse de 27%. Le titre profite également du relèvement de la recommandation de UBS de "neutre" à "acheter". La banque suisse vise désormais un cours de 56 euros contre 50 euros auparavant.

Devises et pétrole

La monnaie unique progresse face au billet vert. Vers 13h00, un euro s'échangeait contre 1,443 dollar.

Sur le marché de l'or noir, les prix du baril sont en hausse. Le Brent de la Mer du Nord gagne 1,74% à 118,78 dollars tandis que dans le même temps le WTI américain avance de 1,36% à 96,89 dollars.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :