Le CAC entame la semaine sur une note positive

Après une baisse hebdomadaire de 6,13 %, le CAC 40 a entamé la semaine sur une note positive. L'indice vedette de la place parisienne a conclu, lundi, sur un un gain de 1,14 %.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Alors que les doutes persistent sur les perspectives de croissance économique mondiale, la Bourse de Paris a entamé la semaine sur une note positive. Après une semaine chaotique marquée par un repli de 6,13%, le CAC 40 a d'abord ouvert dans le rouge sous le seuil des 3000 points pour finalement se reprendre nettement conclure sur un gain de 1,14 % à 3.051,36 points.

Un rebond qui s'est opéré dans un marché creux puisque seulement 2,8 milliards d'euros ont été échangés sur le CAC 40 - contre 4,7 milliards sur la séance de vendredi.

Cet anémie des volumes s'explique en partie par le peu de statistiques publiées ce jour. Alors qu'en Europe aucun indicateur n'a été publié, les investisseurs avaient l'attention portée sur l'indice d'activité manufacturière de la Fed de Chicago, seule statistique publiée, lundi, outre-Atlantique. Celle-ci est finalement ressortie en légère amélioration à - 0,06 point en juillet contre - 0,38 point en juin.

Surtout la faiblesse des volumes traduit l'attentisme des investisseurs avant de nouveaux indicateurs économiques attendus cette semaine et surtout, en point d'orgue, le discours très attendu de Ben Bernanke vendredi prochain à l'occasion de la conférence annuelle de Jackson Hole.

Cet évènement avait été marqué l'an dernier par l'annonce du lancement de la seconde phase du Quantitative Easing (mis en oeuvre à l'automne). Dès lors, les spéculations vont bon train sur le lancement d'un éventuel troisième volet après les signes récurrents ces derniers temps de ralentissement de l'économie américaine.

Dans ce contexte, le marché a surtout été animé par des opérations de rachat à bon compte. Le mouvement a profité à des titres comme Sanofi (+3,40 %), ou encore Danone (+3,02 %). 

Même constat pour les valeurs énergétiques qui se sont distinguées à la hausse à l'image de GDF-Suez (+3,49 %) qui enregistre la plus forte hausse du CAC 40 mais également à EDF (+ 2,45 %) ou encore Total (+2,25 %). Le secteur, dans son ensemble, profite du contexte politique en Lybie et de la chute de Mouammar Kadhafi.

A l'inverse, ce sont une nouvelle fois les valeurs les plus cycliques qui ont fait les frais des craintes actuelles sur la croissance mondiale. Ainsi, Michelin avec une baisse de 3,92 % a enregistré la plus forte baisse du CAC 40. Dans le même sens, Renault (-2,85 %), Alcatel-Lucent (-1,93 %) ou encore Lafarge (-1,36 %) ont aussi été malmenés.

Les valeurs bancaires n'étaient pas en reste puisque Natixis (-3,22 %) a enregistré la deuxième plus forte baisse du CAC 40 tandis que Crédit Agricole a cédé 1,63 %.

Sur le marché des changes, l'euro tendait à se replier face au billet vert et s'échangeait à la clôture des marchés, contre 1,438 dollar. Dans le même temps, les cours du pétrole évoluaient en ordre dispersé puisque le Brent de la Mer du nord se vendait contre 107,10 dollars (-1,49 %) tandis que le WTI se payait 85,35 dollars (+0,06 %).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.