Regain de confiance à la Bourse de Paris avant le sommet européen

 |   |  675  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Dans un contexte de marché très tendu avant le sommet européen de Bruxelles sur le sauvetage de l'euro, le CAC 40 a rebondi porté par l'espoir d'annonces fortes quant à une résolution de la crise qui sévit en zone euro.

Après son plongeon de la veille, la Bourse de Paris s'est inscrite en forte hausse ce vendredi. A l'issue d'une séance marquée par une forte volatilité du fait de l'arrivée à échéance de différentes options ou contrats à terme, le CAC 40 a terminé sur un gain de 2,83 % à 3.171,34 points.

Mais comme le notent plusieurs intervenants, le faible volume de transactions (moins de 3,5 milliards d'euros) traduit l'attentisme des investisseurs alors que ce dimanche se tiendra le premier des deux sommets européens devant aboutir à des solutions pour sortir la zone euro de la crise.

Dans un communiqué commun, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont en effet indiqué qu'une "réponse globale et ambitieuse à la crise que traverse actuellement la zone euro" devrait "être adoptée définitivement par les chefs d'Etat et de gouvernement lors d'une deuxième rencontre au plus tard mercredi". Une issue qui, pour les investisseurs, est une obligation. "Il est impensable que les Européens n'arrivent pas à trouver une solution, les risques seraient trop graves", indiquait à l'AFP Xavier de Villepion, vendeur d'actions chez Global Equities.

Dans ce contexte de regain d'optimisme, la tendance haussière a également été alimentée par la publication d'un indice IFO du climat des affaires en Allemagne. Si ce dernier est ressorti en baisse pour le quatrième mois consécutif, le repli est moindre qu'anticipé.

Et pour ne rien gâcher, Wall Street évoluait en hausse saluant ainsi les bonnes publications trimestriels de grands groupes tel que Mcdonald's, General Electric ou encore Verizon. 

Sur le front des valeurs

Après leur plongeon de la veille, les valeurs financières s'e sont inscrites en forte hausse à la faveur du regain de confiance quant à la résolution de la crise en zone euro. Ainsi, plus forte progression, BNP Paribas a gagné 6,22 %, suivi d'Axa (+6,04 %) et Société Générale (+5,59 %). Un peu plus loin, Crédit Agricole a pris 3,93 %.

 Fortement corrélées aux annonces macroéconomiques, les grandes valeurs cycliques ont également été à l'honneur. A commencer par Renault (+5,56 %) qui a profité des déclarations de son PDG. Pour Carlos Ghosn, 2012 sera en effet "une nouvelle année record pour l'industrie automobile ". Egalement bien orientés, Lafarge a pris 5,54 %, Alstom 5,22 % et Vallourec 5,07 %.

Michelin a grimpé de 4,75 % à la faveur du relèvement de recommandation d'HSBC. L'intermédiaire est passé de "neutre" à "surpondérer".

France Télécom (+2,58 %) a annoncé le rachat de l'opérateur mobile CCT (Congo Chine Télécom) en République démocratique du Congo pour un montant initial de 17 millions de dollars (12,4 millions d'euros).Par ailleurs, selon Les Echos, Xavier Niel, le fondateur du fournisseur d'accès à Internet Iliad, a fait son entrée dans les enchères pour le rachat des activités d'Orange en Suisse.

A l'inverse, Safran (-8 %) est de loin la plus forte baisse des deux baisses de l'indice parisien. Si le groupe a confirmé ses objectifs pour 2011 à la faveur du maintien des conditions de ses marchés au troisième trimestre, les investisseurs sont déçu quant à l'absence d'avancé d'importance quant au rapprochement avec Thales.

Seconde valeur a avoir clôturé la séance dans le rouge, Alcatel-Lucent s'est replié de 0,05 %.

Hors CAC

Valéo s'est envolé de 6,63 % après avoir confirmé viser une légère hausse de marge d'exploitation cette année et s'est dit "bien armé" pour surperformer le marché l'an prochain, tout en soulignant l'incertitude sur la conjoncture en Europe.

Etam Développement a grimpé de 2,81 % malgré une baisse de 3,8 % de son chiffre d'affaires au titre du troisième trimeste. Evoquant une consommation "incertaine" en Europe, le groupe dit mener "les actions commerciales et de gestion nécessaires pour faire face à l'ensemble de ses engagements".

Devise et Pétrole

La monnaie unique a grimpé face au billet vert. A la clôture des marchés européens, un euro s'échangeait contre 1,387 dollar. Dans le même temps, les cours du pétrole étaient également en hausse. Le Brent de la Mer du Nord gagnait 1,18 % à 111,05 dollars tandis que le WTI s'échangeait contre 88,23 dollars (+2,51 %)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/10/2011 à 12:54 :
Il parait que des trains spéciaux partent depuis Paris pour Lourdes, amenant de gentils traders priés la Vierge et ainsi espérer un miracle MDR
a écrit le 22/10/2011 à 12:01 :
Il est vrai qu'avec une croissance inférieure à 1% en France et en Allemangne , il y a de quoi etre optimiste !La Bourse c'est quoi ,maintenant ?
a écrit le 22/10/2011 à 8:26 :
Auparavant, lorsque le marché réagissait sur une telle hausse, c'est que la nouvelle était formidable, spectaculaire et s'inscrivait dans la durée. Maintenant, il suffit d'un vague espoir porté par le vent pour que la hausse existe. C'est pathétique. Enfin, tous les malins ont bien vite dégagé toutes leurs positions. Ne restent que les spéculateurs et les pigeons. Lorsqu'un sot danse avec le diable, ce n'est pas le sot qui conduit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :