La Bourse de Paris bien orientée

 |   |  580  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le CAC 40 reste bien orienté après les résultats de l'adjudication italienne à un taux moyen en dessous du seuil psychologique des 7%.

Après une séance de repli la veille, la Bourse de Paris reprend des couleurs ce jeudi. Vers 12h30, le CAC 40 progressait de 0,13% à 3.075,10 points. La tendance reste néanmoins très fragile, étant donné la faiblesse des volumes pour cette avant-dernière séance de l'année.

Les investisseurs présents sur le marché semblent rassuré par le résultat de l'adjudication italienne. Rome a émis pour un peu plus de 7 milliards de dette à moyen et long terme avec des rendements en baisse et surtout en deçà des 7 %, seuil jugé insoutenable sur la durée. Dans le détail, le Trésor italien a adjugé pour 2,538 milliards d'euros d'obligations échéance 15 novembre 2014 à un rendement brut de 5,62% contre 7,89% lors de l'opération de fin novembre. Le taux de couverture a été de 1,364. Il a également placé pour 1,176 milliard d'euros de dette souveraine échéance 1er septembre 2021 au rendement brut de 6,70% avec un coefficient de couverture de 1,579.

Sur les titres de dette à 10 ans, référence du marché, le taux concédé a été de 6,98% pour placer 2,5 milliards d'euros. Un niveau qui reste très onéreux et est considéré intenable pour l'Italie si elle veut continuer à se refinancer sur les marchés. En 2012, l'Italie devra se refinancer à hauteur de 450 milliards d'euros, soit  un peu plus du quart de son endettement total (1900 milliards d'euros).

Par ailleurs, les motifs d'inquiétude ne manquent pas, notamment sur l'état du marché interbancaire. Le montant record (452 milliards d'euros) déposé par les banques européennes auprès de la banque centrale entre mardi et mercredi montre que les dysfonctionnements perdurent.

Enfin, on attend aussi une salve de statistiques américaines, dont les demandes hebdomadaires d'allocations chômage, les chiffres de l'activité industrielle dans la région de Chicago et les promesses de vente de logements en décembre.

Sur le front des valeurs

Les valeurs de la banque et de l'assurance restent mal orientées après l'adjudication italienne. Lanterne rouge du CAC 40, Axa recule de 2,05%, suivi de près par Crédit Agricole (-0,83%) et Société Générale (-0,46%). BNP Paribas fait office d'exception avec un gain de 0,63%.

En tête de l'indice, Unibail-Rodamco (+1,17%) reprend son rally de fin d'année entamé le 16 décembre et interrompu hier par une chute de 2,07%. Sur la période, le titre progresse de près de 5%.

Sanofi gagne 0,53% alors qu'une analyse de 32 études cliniques parue aux Etats-Unis a conclu à l'inutilité de tests génétiques pour s'assurer que l'anti-coagulant Plavix, commercialisé par le français et le laboratoire américain Bristol-Myers Squibb, est efficace chez les patients souffrant de maladies cardiovasculaires.

Hors CAC 40

Bolloré avance de 1,96%. Le Conseil constitutionnel a invalidé l'article 19 de la loi de finances 2012 qui créait une taxe s'appliquant à des cessions dans le secteur audiovisuel dès lors que celles-ci avaient été validées par le CSA. Cette nouvelle imposition devait notamment s'appliquer au groupe Bolloré pour la cession à Canal+ de ses chaînes de la TNT Direct 8 et Direct Star.

Devises et pétrole

L'euro ne profite pas de l'émission obligataire italienne passant sous les 1,29 dollar. Vers 12h30, un euro s'échageait contre 1,288 dollar proche de son plus bas annuel de 1,2865 touché le 10 janvier. Par ailleurs, la monnaie européenne est tombée à un plus bas de dix ans face au yen, à 100,31.

Pour les cours du brut, le baril de WTI s'échange contre 99,53 dollars et le baril de Brent de la Mer du Nord contre 107,61 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/12/2011 à 15:25 :
La bourse bien orientée? A la manière d'une girouette? Mais dans quelle direction et révèle quoi? Que les marchés sont rassurés....Faux! La bourse fait du yoyo depuis plusieurs mois, révélant l'inquiétude profonde des investisseurs face à une machine moribonde qui n'exprime plus que quelque spasmes dans son agonie. Tel est le tableau maintenant...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :