Casino plébiscité pour sa forte résistance

 |   |  356  mots
Copyright Reuters
Dans le sillage de son point d'activité annuel, Casino est très entouré à la Bourse de Paris, et signe la plus fortes progressions du SBF 120.

A l'image du secteur automobile depuis le début de l'année, les valeurs cycliques sont décidément à l'honneur malgré la morosité conjoncturelle.  Casino, propriétaire des enseignes Franprix, Leader Price, Géant Casino, Cdiscount et Monoprix (à 50-50 avec les Galeries Lafayette) en est la parfaite illustration. Le distributeur a publié hier soir son chiffre d'affaires au titre de l'exercice 2011. En hausse de 18,7% d'une année sur l'autre, les ventes ont atteint 34,36 milliards d'euros. Sur le seul quatrième trimeste, elles s'établissent à 9,51 milliards d'euros. Le consensus s'attendait à 9,52 milliards d'euros. Mais au-dela de la bonne tenue de l'activité malgré la conjoncture économique actuelle, le marché réagit aux commentaires délivrés sur les résultats. Si bien que l'action Casino a signé la plus forte hausse du SBF 120 avec un bond de 7,37%.

Selon Antoine Giscard d'Estaing, directeur financier du groupe, "le résultat opérationnel 2011 sera supérieur à 1,54 milliard d'euros, donc supérieur au consensus actuel du marché", soit 1,51 milliard. Selon les anticipations d'Aurel BGC , "la France devrait dépasser 740 M?, soit un léger recul par rapport à 2010 malgré une chute de 22% au S1, Franprix Leader Price ayant pratiquement rattrapé son retard lors du S2. L'International devrait donc contribuer pour plus de 800 M?, soit plus de 52% du total".

Avec une part qui atteint près de la moitié (48%) du chiffre d'affaires de Casino, la progression de 12,2% des activités internationales a fait la quasi-totalité de la croissance du groupe l'an dernier. Sur le seul quatrième trimestre, la croissance organique (hors essence) a atteint 10,5% dans les pays émergents (Amérique latine et Asie), une performance en retrait cependant par rapport au 3e trimestre (+13,1%), en raison surtout d'un tassement en Thaïlande, touchée par d'importantes inondations.

En France, les ventes la progression annuelle est beaucoup moindre (+1,4%) avec un net ralentissement au quatrième trimestre : +0,2%, après +1,2% au troisième trimestre et +2,2% au premier semestre. Un tassement peincipalement dû aux pressions concurrentielles accrues et aux fermeture de magasins le dimanche après-midi. Ainsi, l'activté des hypermarchés Géant a baissé de 2,4% (à magasins comparables et hors essence), tandis que celle des  Franprix a plongé de 4,6%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :