Wall Street Clôture à des niveaux jamais atteints depuis 2008

 |  | 890 mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>Reuters</small>)
Wall Street a clôturé en nette hausse vendredi, à des niveaux plus vu depuis le pic de la crise financière en 2008. Le Dow Jones a effectivement atteint son plus haut niveau depuis 2008, stimulé par la statistique de l'emploi, qui a en particulier amené l'indice Nasdaq Composite à inscrire un pic de 11 ans, son plus haut niveau à la clôture depuis fin 2000 et l'éclatement de la bulle Internet.

Wall Street a clôturé en nette hausse vendredi, stimulée par la statistique de l'emploi, qui a en particulier amené l'indice Nasdaq Composite à inscrire un pic de 11 ans.

Le Dow Jones a pour sa part tutoyé un plus haut de quatre ans, tandis qu'un grand nombre de valeurs de la cote ont inscrit des pics d'un an.

L'indice Dow Jones a pris 156,82 points (1,23%) à 12.862,23 points. Le S&P-500 a gagné 19,36 points (1,46%) à 1.344,90 points. Le Nasdaq Composite a gagné 45,98 points (1,61%) à 2.905,66 points. Sur l'ensemble de la semaine, le Dow gagne 1,6%, le S&P-500 2,2% et le Nasdaq 3,2%.

L'indice S&P 600 des petites capitalisations a pour sa part clôturé la séance de vendredi à un plus haut record de 463,56 points, correspondant à un gain de 2,14%.

L'embellie sur le marché américain de l'emploi s'est poursuivie en janvier, avec le plus fort rythme de créations d'emplois observé en neuf mois, et le taux de chômage est tombé à son plus bas niveau depuis près de trois ans, reflétant l'impact de la croissance enregistrée au quatrième trimestre 2011 en ce début de nouvelle année. Le solde net des créations d'emplois s'élève à 243.000 postes, soit le niveau le plus haut depuis avril 2011, et une hausse des embauches de 20% par rapport à décembre. A nouveau, la prévision médiane a été dépassée, tablant sur 155.000 créations d'emploi.

"Ce sont des chiffres bien meilleurs que ce à quoi on s'attendait tous", s'est enthousiasmé Michael James, chef du courtage d'actions chez Wedbush Morgan Securities. "Cela renforce la tendance haussière que l'on connaît depuis le début de l'année", a estimé l'investisseur.

Autres statistiques parue dans la journée, les commandes à l'industrie et l'indice ISM des services. Les commandes à l'industrie américaine ont progressé pour le deuxième mois consécutif en décembre, portées par une hausse de l'investissement des entreprises. Le rythme de croissance du secteur des services aux Etats-Unis s'est nettement accéléré en janvier, alors que les économistes avaient estimé qu'il évoluerait dans le même tempo que décembre, selon les chiffres publiés vendredi par l'Institute of Supply Management (ISM).

"C'est la confirmation d'une amélioration lente mais notable des statistiques US", dit Stephen Wood (Russell Investments), notant que des risques demeurent toutefois, comme la crise de la dette en Europe.

 

L'indice ISM des services qui s'est établi à 56,8 le mois dernier, contre 53,0 en décembre. Les spécialistes interrogés avaient tablé sur un chiffre à 53,0. La barre des 50 sépare croissance et contraction d'un secteur d'activité. La composante emploi de l'indice a progressé pour atteindre 57,4 en janvier contre 49,8 le mois dernier, atteignant ainsi un plus haut depuis février 2006.

 

Les valeurs cycliques ont profité de ces bons chiffres du taux d'emploi aux Etats-Unis. Le constructeur automobile, General Motors, a pris 7,69% à 26,18 dollars. Il en va de même pour Ford qui gagne 4,32% à 12,79?dollars.

Les valeurs financières ne sont pas en reste puisque Bank of America affiche une hausse de 5,23% à 7,84 dollars. Morgan Stanley avance aussi de 4,05% à 20,31 dollars.

Par ailleurs, il est à noter que les valeurs internet bénéficient toujours de l'effet du lancement de l'IPO de Facebook. Zynga qui édite des jeux pour le réseau social a encore grimpé de 8,11% à 13,39?dollars hier.

La saison des résultats se poursuivait, outre-Atlantique, exposant certaines valeurs plus que d'autres :

? Estee Lauder a fait état d'une hausse, conforme aux attentes, de ses résultats trimestriels, à 396,7 millions de dollars, soit 1,00 dollar par action, contre 343,9 millions (0,86 dollar/action) il y a un an. Le chiffre d'affaires du groupe de cosmétiques a progressé de 10%, à 2,74 milliards de dollars. En revanche, ses prévisions annuelles et celles pour le trimestre en cours sont en-deça des attentes des analystes financiers.

? Take-Two Interactive. Le concepteur de jeux vidéo affiche un chiffre d'affaires en recul de 30%, baisse plus marquée que prévu, pour son troisième trimestre fiscal, en raison d'une demande inférieure aux attentes pour son dernier jeu de basket. Mais le groupe est parvenu à afficher un bénéfice par action ajusté de 27 cents, supérieur aux 23 cents attendus par le marché.

? THQ. Le petit concurrent de Take-Two a affiché un BPA de 35 cents, inférieur aux 65 cents attendus de Wall Street, au titre de son troisième trimestre.

? BB&T a annoncé le rachat de la division assurances dommages et vie de Crump Group pour 570 millions de dollars en numéraire, une transaction qui multipliera par deux son activité assurance en gros. Le groupe, anciennement connu sous le nom Branch Banking & Trust, précise que cette acquisition lui permettra d'augmenter de 300 millions de dollars le chiffre d'affaires annuel de sa division assurances.

? Tyson Foods, premier producteur de viande aux Etats-Unis, a fait état d'une baisse moins marquée que prévu lors du premier trimestre, clos le 31 décembre, de l'exercice 2011-2012.

Wall Street a terminé jeudi sur une note stable, après avoir fluctué dans une marge étroite tout au long de la séance, réagissant en fonction des résultats de sociétés du moment mais les investisseurs dans l'ensemble sont restés sur la touche, à la veille de la publication de la statistique de l'emploi de janvier. L'indice Dow Jones a perdu 0,09%, le S&P-500 a gagné 0,11% et le Nasdaq Composite a pris 0,4%.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2012 à 15:02 :
Et quid de 2007?
a écrit le 04/02/2012 à 14:53 :
Ces nouvelles statistiques vont sûrement donner un coup de pouce a Obama pour sa réélection éventuelle. Les américains ne réélisent jamais un président quand la tendance a l'emploi est a la baisse, c'est connu et Obama le sait. Pour la suite, je ne serais pas étonné de voir l'emploi redescendre drastiquement après les élections américaines quel que soit le vainqueur.
a écrit le 04/02/2012 à 5:54 :
Et personne ne trouve ça pour le moins étonnant?
La nouvelle bulle sur les actifs est en cours de création, la FED va pouvoir à nouveau travailler!
Réponse de le 05/02/2012 à 18:01 :
Le dollar a perdu de sa superbe.En prenant çà en compte, le niveau de la bourse US n'est pas si glorieux !
En euro, les indices US font à peine mieux que nos indices EU.
On gonfle tout çà avec la planche à billet.La BCE s'y est mise elle aussi .Le CAC va monter...Les prix aussi (pétrole, bouffe, non pas les salaires çà fait de l'inflation il parait)
De la monnaie de singe !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :