La Bourse de Paris reprend son souffle

 |   |  461  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après une longue série de séances positives, la place parisienne a perdu 0,74%. Le rebond atteint 10% depuis le début de l'année

La Bourse de Paris a terminé en baisse lundi de 0,74% à 3.441,45 points dans un volume d'échanges de 2,3 milliards d'euros.
La morosité était également de mise sur les autres grandes places européennes: A Londres le Footsie a perdu 0,33%, à Francfort, le Dax a cédé 0,22% alors que l'Eurostoxx 50 abandonnait 0,29%.
En l'absence d'actualité macroéconomique et de résultats de sociétés, les intervenants se sont avant tout focalisés sur les réticences de l'Allemagne à accepter une augmentation de la puissance de feu du futur fonds de secours destiné aux pays européens en difficulté.
Cette réticence intervient après que le G20 a appelé ce week-end l'Europe à se prononcer dès le mois de mars sur la dimension de son bouclier anti-crise.
"Il y avait peu d'attentes des investisseurs lors de ce G20, mais les réticences de l'Allemagne à prescrire des remèdes susceptibles de s'attaquer durablement à la crise sont inquiétantes", estime un analyste.

Le marché a besoin de souffler


Dans les salles de marché, on souligne également que le marché a besoin de souffler et prend prétexte de ces nouvelles dissensions européennes pour prendre ses bénéfices après avoir progressé de près de 10% depuis le début de l'année.
A cela s'ajoutent les inquiétudes sur le prix élevé du pétrole qui à terme risque de peser sur la consommation des ménages, notamment dans les pays émergents. Wall Street très sensible aux fluctuations de l'or noir a d'ailleurs ouvert en recul (le Dow Jones cédait 0,33% et le Nasdaq 0,38%).
Le rebond des promesses de ventes de logements en janvier aux Etats-Unis qui confirme enfin une embellie sur le front de l'immobilier, n'a pas permis de redresser la tendance.
Du côté des valeurs, les banques, toujours en première ligne dès que des doutes apparaissent sur la cohésion européenne, ont perdu du terrain: Société Générale a lâché 2,96% à 23,71 euros, le Crédit Agricole a perdu 3,49% à 4,72 euros et BNP Paribas a abandonné 0,89% à à 36,59 euros.
Le secteur automobile a terminé dans le rouge avec Peugeot (-3,47% à à 15,30 euros), Renault (-2,19% à 39,06 euros), Michelin (-2,58% à 51,66 euros), Valeo (-2,63% à 40 ,11 euros), Faurecia (-2,72% à 20,72 euros). JPMorgan a dégradé le secteur de "surpondérer" à "neutre", a indiqué à l'AFP une source de marché.
Eiffage qui avait bondi de près de 17% vendredi était victime de prises de bénéfices  cédant 2,73% à 28,70 euros.
Dexia a profité d'un mouvement inverse et après sa forte baisse de la fin de la semaine dernière, le titre a récupéré 1,82% à 0,28 euro, seule banque à terminer dans le vert ce lundi.
Soitec a continué sur sa lancée de vendredi et a pris 6,63% à 4,97 euros après avoir été retenu pour des projets dans l'énergie solaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :