Accor plonge, plombé par un avis d'analyste

 |   |  404  mots

Lanterne rouge dès les premiers échanges, Accor accroit ses pertes à la mi -séance, abandonnant désormais 4,84%, à 25,45 euros. Le titre est plombé par une note de Credit Suisse qui déclasse Accor (AC.FR) de "surperformance" à "sous-performance" et réduit par ailleurs son objectif de cours pour le titre de 28,60 à 26,90 euros

Credit Suisse justifie sa décision de dégrader le dossier parce qu'il s'attend à ce que le groupe hôtelier pâtisse des statistiques défavorables sur la consommation en France au premier trimestre.



Le groupe hôtelier réalise en effet plus du tiers de son chiffre d'affaires en France. Or la stagnation économique, qui devrait perdurer tout au long de l'exercice 2013 et la perte de pouvoir d'achat combinée à l'explosion du chômage devrait peser irrémédiablement sur le tourisme et a fortiori sur l'hostellerie.



En Europe non plus où le groupe réalise 42% de son chiffre d'affaires, les perspectives ne sont guères réjouissantes. Le dynamisme des pays émergents qui pèse pour 15% du chiffre d'affaires ne suffira pas à compenser la morosité des perspectives de croissance européennes.



En conséquence, les analystes de Credit Suisse prévoient « un repli du revenu par chambre disponible (RevPar) sur tous les principaux marchés européens, y compris le Royaume-Uni.



L'Avis de Mon financier :

Malgré une valorisation attractive pour son secteur, avec un VE sur Ebitda de 7,58 fois, le titre sep aye nettement moins cher que son comparable Marriott (VE sur Ebitda de 14,6 fois)

Accor continue donc de faire les frais d'un ralentissement de la demande dans la majorité des pays où le groupe hôtelier est implanté. Se montrant « raisonnablement optimiste » pour la suite de l'exercice, les opérateurs restent encore méfiants quant à la pertinence de la nouvelle stratégie du groupe et des investissements entrepris en Asie-Pacifique alors que le taux d'occupation des chambres restait faible. De plus, la stratégie du groupe s'inscrit également dan une politique de réduction de la dette, qui s'élevait à 421 millions d'euros fin 2012 .Le groupe hôtelier prévoit notamment de réduire ses coûts de 100 millions d'euros d'ici à la fin 2014 dans le cadre de son plan de réduction des coûts.

Au cours actuels, le titre est relativement cher en termes de bénéfices, le groupe se paye près de 18,17 fois ses bénéfices estimés pour 2013.
Conserver




 

 Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :