Malgré une météo défavorable, Bourbon réalise un début d'année satisfaisant

 |   |  636  mots
(c) Copyright Reuters
(c) Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le groupe de services pétroliers et maritimes Bourbon commence l'année avec un bon de 13,4%, malgré les intempéries en Mer du Nord et en Asie. Toutefois, leurs résultats 2013 pourraient être assombris par le taux d'endettement 5,4 fois supérieur à son excédent bru d'exploitation dégagé l'an dernier.

 

 

 

Bourbon commence bien l'année 2013. Le groupe de services pétroliers a enregistré une hausse de 13,4% de son chiffre d'affaires à 315,1 millions d'euros au premier trimestre 2013. La hausse ressort à 14,3 % à taux de change constant, grâce notamment à l'entrée en flotte de 35 navires (dont 20 navires Crewboats). L'activité reste en revanche stable par rapport au trimestre précédent. Bourbon explique avoir été impacté par des arrêts techniques forcés (23 sur la flotte supply et IMR) par une météo particulièrement défavorable en Mer du Nord et la mousson en Asie du Sud Est. L'entreprise entend réduire le nombre d'arrêts techniques de 25% « dans un marché stimulé par une demande de navires en croissance » sur le reste de l'année.

Des activités en pleine expansion
Dans le détail, la branche Marines Services reste dynamique avec une activité qui a progressé de 16,4% à 258,5 millions d'euros. Bourbon souligne que la progression observée sur cette branche était particulièrement marquée en offshore continental dont le chiffre d'affaires a bondit de 31,7% à 92,8 millions d'euros. Il est porté notamment par la mise en service de nouveaux navires dans l'intervalle et soutenu par un taux d'utilisation et un tarif journalier moyens en hausse sur les principales zones d'opération (Asie, Afrique de l'Ouest, Moyen-Orient). L'activité de la branche Subsea Services s'est appréciée de 12,9% à 51,6 millions, tirée en partie par l'entrée en flotte de 2 navires de la série Bourbon Evolution 800.

« Bourbon, dans un contexte de marché pétrolier et parapétrolier favorable, poursuit sa progression. Les tarifs journaliers des navires en renouvellement de contrat sont toujours bien orientés », a déclaré son directeur général Christian Lefèvre. Concernant ses perspectives, Bourbon indique que la robustesse des investissements en Exploration/Production des clients pétroliers va continuer à stimuler la demande en navires offshore. Le groupe est également revenu sur la signature d'un accord entre ICBC Financial Leasing (Chine) pour la vente et la reprise de 51 navires au plus en affrètement coque-nue, sur 10 ans, pour une valeur maximale de 1,5 milliard de dollars.

L'endettement, comédon de la compagnie
Une opération qui s'inscrit dans le cadre de son plan d'action qui consiste à vendre pour 2,5 milliards de dollars de navires et actifs de sa flotte, tout en continuant de les utiliser en les louant pour une période de 10 ans. L'objectif principal de cette nouvelle stratégie est le désendettement, afin de préparer une nouvelle phase de son développement au-delà de celle définie dans son précédent plan stratégique à l'horizon 2015. Cette opération pèsera sur l'excédent brut d'exploitation du groupe, qui devra payer la location de ces navires, mais réduira son endettement, un des principaux sujets de préoccupation liés au plan Bourbon Strategy 2015.

Le groupe de services maritimes qui avait lancé à la mi-2010 un plan stratégique de 2 milliards de dollars destiné à se doter d'une flotte de navires plus modernes, plus sûrs et plus économes en carburant a remporté un vrai succès commercial, mais a eu pour inconvénient de fortement gonfler la dette de Bourbon. A la fin 2012, l'endettement net de Bourbon, le gros point noir du dossier s'établissait à 2,06 milliards d'euros, ce qui représente 5,4 fois son excédent brut d'exploitation dégagé l'an dernier, hors plus-value de cessions. Par ailleurs, la direction a également prévenu que les résultats resteront influencés par la parité euro-dollar.

L'avis de MonFinancier :

L'activité reste dynamique après une des résultats 2012 de bonne facture, notamment concernant la croissance de l'Ebitda. Le groupe poursuit sa stratégie de cession d'actifs qui consiste à faire du désendettement une nouvelle priorité qui est salué par le marché. Positif
 

Plus d'informations Bourse sur Monfinancier

Pour aller plus loin, suivez le cours du pétrole

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :