Produits obligataires, devises, marché : le risque salvateur

 |   |  329  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A la mi-journée, les marchés européens s'affichent en hausse. Le vent du risque souffle sur toutes les classes d'actifs. Conséquences: les taux obligataires italiens sont à leur plus bas niveau depuis trois ans. Une baisse qui profite également à l'Allemagne et à l'Espagne...

 

 

 L'appétit pour le risque revient en force sur toutes les classes d'actifs. L'euro reconquière le seuil des 1,31 face au dollar, porté par un regain d'appétit pour le risque qui soutient la tendance haussière des indices européens. Autre signe de l'appétit pour le risque, le marché obligataire, où les rendements des pays périphériques déclinent nettement.

Les coûts de financement à cinq et dix ans de l'Italie sont ainsi tombés à leur plus bas niveau depuis octobre 2010 lors d'une adjudication d'emprunts d'Etat (BTP), la demande ayant été soutenue par la formation d'un nouveau gouvernement en Italie, la confirmation de la note souveraine du pays et l'espoir croissant que la Banque centrale européenne (BCE) abaissera ses taux jeudi. Plus précisément, l'Italie a alloué pour 6 milliards d'euros d'emprunts d'Etat arrivant à échéance en juin 2018 et mai 2023. Les titres à cinq ans ont été assortis d'un taux de 2,84%, contre 3,65% lors de l'adjudication du 27 mars. Pour les taux à 10 ans, le taux moyen s'est inscrit à 3,94%, en nette baisse comparé aux 4,66% précédemment consentis.

Autre élément qui démontre que l'appétit pour le risque domine: le déroulement de l'adjudication allemande indique que la demande reste importante pour la dette allemande, qui fait office de valeur refuge. Les coûts de financement à un an de l'Allemagne sont tombés à leur plus bas niveau depuis novembre lors d'une adjudication d'emprunts d'Etat ; Plus précisément, le gouvernement a placé pour 2,82 milliards d'euros d'emprunts à 12 mois, assortis d'un taux moyen de 0,0018%, contre 0,0166% lors de l'adjudication du 25 mars. La demande s'étant élevée à 4,94 milliards d'euros, le ratio de couverture s'est établi à 1,8, contre 1,5.

Sur le marché secondaire, le rendement du bund à 10 ans s'inscrit à seulement 1,2%. L'OAT quant elle se négocie à 1,75%. Enfin, les rendements des pays périphériques, espagnols et Italiens chutent de respectivement 9 et 11 points de base pour se négocier à 4,17% et 3,93%


Plus d'information Bourse sur Monfinancier

Pour aller plus loin, suivez le cours des obligations

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :