Technip, porté par l'avenir florissant de l'offshore

 |   |  532  mots
Copyright
Copyright (Crédits : photo AFP)

 

 

 

Technip (TEC.FR) fait partie des rares entreprises à rehausser ses objectifs financiers annuels, grâce à un carnet de commandes soutenu qui s?élève à 2,85 milliards d'euros pour le seul troisième trimestre.

Dopé par la demande pour les projets pétroliers off-shore, le chiffre d'affaires du troisième trimestre s'est établi à 2,09 milliards d'euros, en hausse de 22,8% par rapport aux 1,7 milliard d'euros réalisé un an plus tôt. Le résultat net de son coté bondit de 20,9% à 146,3 millions d'euros. Si la marge opérationnelle courante s?est légèrement tassée par rapport au chiffre d?affaires, pour représenter 10,3% de l?activité contre 10,6% un an plus tôt, elle progresse toutefois de 19% en valeur absolue à 215,2 millions d'euros.



« En dépit d'un environnement économique incertain, nos clients restent focalisés sur l'achèvement des développements en cours et le lancement de nouveaux projets, préservant ainsi un contexte prometteur à moyen terme pour le secteur des services pétroliers", a souligné Thierry Pilenko, le PDG de la société, dans un communiqué.



D?ailleurs, à la fin du troisième trimestre, le carnet de commandes atteignait un niveau soutenu, à 13,52 milliards d'euros, dont environ 14% doivent être exécutés d'ici à la fin de l'année et plus de 40% en 2014 et au-delà.



C?est surtout la construction de plates-formes offshore qui a gonflé le carnet de commande du groupe. En effet, bien que le segment offshore ne soit aujourd'hui qu'une petite partie de l'activité du groupe parapétrolier, représentant 1 milliard d'euros, soit 13 % du chiffre d'affaires de Technip, c?est ce segment qui devrait croître le plus vite dans les années à venir.



Car si la fabrication et l'installation de conduites et flexibles sous-marins reste de loin le principal métier du groupe (50 % du chiffre d?affaires) devant la construction d'installations « onshore » (37 % de l?activité), l'environnement dans le domaine de l?offshore est très porteur. Preuve en est, alors qu?il pèse pour 13% du CA, ce segment représente d?ores et déjà 23 % de son carnet de commandes. « Le nombre de grands projets dans l'offshore devrait d?ailleurs progresser de 75 % d'ici à 2018 » selon Philippe Barril, patron du segment offshore.



De plus, au sein de l?offshore, les perspectives de croissance pour les usines flottantes de liquéfaction de gaz sont elles aussi florissantes. Après Shell et Petronas, d'autres grands groupes gaziers comme ConocoPhillips, Chevron et Exxon Mobil envisagent de lancer des projets d'usines flottantes de liquéfaction de gaz, une technologie que maitrise parfaitement Technip.



Soutenu par ses perspectives florissantes, le groupe de services à l'industrie pétrolière a rehaussé son objectif annuel de chiffre d'affaires 2012 à 8 milliards d'euros, alors qu'il visait auparavant un chiffre d'affaires compris entre 7,65 milliards et 8 milliards d'euros.



Plus particulièrement, l'activité Subsea devrait, selon Technip, atteindre un chiffre d'affaires de 3,5 milliards d'euros avec une marge opérationnelle courante autour de 15% et la branche Onshore/offshore un chiffre d'affaires de 4,3 milliards d'euros avec une marge opérationnelle courante comprise entre 6,5% et 7%, au lieu des 6% à 7% initialement visés.



Le titre oscille autour de l'équilibre pour s'échanger à 86,55 euros mais affiche une progression de 19,2% depuis le début de l ?année.


 

Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/12/2012 à 23:01 :
[Parution] Moïse est de retour sur la terre. Tous les détails dans le lien qui suit. Vous en reviendrez pas :
http://www.bingnws.com/2012/12/parution-moise-est-de-retour-sur-la-terre-thierry-laforest

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :