La Bourse de Paris rebondit à la mi-séance (+1,11%)

 |   |  429  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Bourse de Paris rebondissait mardi à la mi-journée (+1,11%), après quatre séances de baisse d'affilée, grâce à l'accord européen sur le plan d'aide à l'Espagne, sur fond de détente des taux obligataires espagnoles et italiens.

A 12H10 (10H10 GMT), l'indice CAC 40 prenait 34,97 points à 3.191,77 points, dans un volume d'échanges de 829 millions d'euros. Le marché parisien a ouvert sur une note stable avant de gagner nettement du terrain. Il avait abandonné au total 3,5% sur les quatre séances précédentes. "Le marché est un peu rassuré sur la capacité des Européens à activer rapidement le projet d'aide aux banques. On va laisser également un peu plus d'oxygène à l'Espagne", explique Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse .

Réunis dans la nuit de lundi à mardi, les ministres des Finances de la zone euro ont décidé de verser à l'Espagne dès la fin du mois 30 milliards d'euros. En outre, la zone euro est d'accord pour que le pays soit autorisé à ne ramener son déficit public à 3% du PIB qu'en 2014 au lieu de 2013. "Les ministres des Finances sont parvenus, dans la douleur, à un accord important mais qui doit être concrétisé rapidement. La voie de sortie de crise se dessine mais elle est encore parsemée d'obstacles", indiquent les stratégistes du Crédit Mutuel-CIC.

Mardi matin, le taux d'emprunt à 10 ans de l'Espagne repassait sous les 7% et celui de l'Italie sous 6%, ces pays bénéficiant d'une accalmie sur le marché obligataire. Par ailleurs, l'Italie a enregistré un rebond inattendu de sa production industrielle en mai sur un mois, signe positif après une chute plus importante que prévu en avril. Les investisseurs réagissaient peu par ailleurs aux résultats du producteur d'aluminium Alcoa, qui lance la saison des publications d'entreprises. Le groupe a annoncé une perte de deux millions de dollars au deuxième trimestre, conforme aux prévisions des analystes.

Les valeurs bancaires étaient en forte hausse, après l'Eurogroupe, à l'image de BNP Paribas (+3,05% à 30,08 euros), Crédit Agricole (+2,49% à 3,55 euros) et Société Générale (+2,71% à 17,99 euros).
EDF (-0,03% à 16,94 euros) et GDF Suez (-1,00% à 17,82 euros) souffraient, alors que le gouvernement a proposé lundi de limiter à 2% la hausse des tarifs réglementés du gaz et de l'électricité, soit environ l'inflation. Par ailleurs, les analystes de la banque Credit Suisse ont abaissé leur recommandation de "surperformer" à "neutre" sur EDF et de "neutre" à "sous-performer' sur GDF Suez.
Ipsen chutait (-11,32% à 17,71 euros) après avoir annoncé que son partenaire américain, Inspiration Biopharmaceuticals, avait suspendu deux essais de phase III sur un traitement de l'hémophilie.
Sodexo (-5,29% à 58,00 euros) décevait le marché après avoir pourtant enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 10,5% sur les 9 premiers mois de son exercice décalé, tout en confirmant ses objectifs annuels de croissance de ses ventes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :