Carrefour positive grâce à la France

 |   |  378  mots
(Crédits : reuters.com)
L’activité de Carrefour se redresse en France et reste dynamique dans certains pays émergents comme en Argentine ou au Brésil, pays dans lequel le géant de la distribution a assis sa domination. En revanche, Carrefour patine dans les pays périphériques d’Europe mais aussi en Asie notamment en Chine où le groupe a été confronté à un ralentissement de la consommation.

MonFinancier

Plus globalement, Carrefour a réussi à composer avec un environnement économique « de croissance faible, marqué par la volatilité des monnaies. » Le groupe piloté par Georges Plassat a fait état d'une hausse de 0,3% du résultat net annuel à changes courants, à 1,26 milliard d'euros. C'est mieux que les attentes des analystes qui tablaient en moyenne sur un résultat net de 1,1 milliard d'euros.

Le chiffre d'affaires hors taxes du distributeur s'est inscrit à 74,88 milliards d'euros en 2013, en hausse de 2% à changes constants mais en repli de 1% à changes courants tandis que le résultat opérationnel courant 2013 s'est apprécié de 9,8%, à 2,23 milliards d'euros. Une hausse de la rentabilité qui a été favorisée par un bond de 30% de cet indicateur en France malgré une chute de 22,9% dans les autres pays d'Europe. Parallèlement à une maîtrise des coûts d'exploitation, Carrefour s'est lancé dans un plan pluriannuel de réhabilitation des magasins avec la rénovation de 49 hypermarchés et 83 supermarchés en 2013.

Pour accompagner cette réhabilitation, le groupe a porté ses investissements à 2,2 milliards d'euros et compte poursuivre sur sa lancée avec des investissements totaux compris entre 2,4 et 2,5 milliards d'euros, notamment pour accélérer des rénovations de magasins. Malgré ces investissements, la structure financière de Carrefour n'a pas été ébranlée. Sa dette nette a été ramenée à 4,1 milliards d'euros fin 2013 contre 4,3 milliards d'euros un an plus tôt. Et le groupe qui compte maintenir une « discipline financière stricte », prévoit de poursuivre les actions initiées fin 2012, à savoir « une amélioration de l'offre et de l'image prix tout en accélérant le déploiement du multicanal ».

Mais le chemin à parcourir reste long et complexe... George Plassat a en effet hérité des errements stratégiques de son prédécesseur, Lars Olofsson. Le groupe, qui n'a pas dévoilé de perspectives chiffrées entend donc poursuivre la réorganisation de ses activités en se délestant de ses actifs non stratégiques. La stratégie opérée par Georges Plassat porte ses fruits alors qu'il poursuit ses efforts pour se développer dans les pays émergents et améliorer son image prix en France.

 

Plus d'actualités Bourse sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

X

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :