Pourquoi les actions avec un A (Apple) cotent mieux qu'avec un V (Vivendi)

Les actions en tête des classements alphabétiques sont plus appréciées par les investisseurs car ils lisent les cours de Bourse de haut en bas. C'est du moins la conclusion d'une étude réalisée par l'université de Mannhein (Allemagne).
(Crédits : Reuters)

"Premier arrivé, premier servi". La règle est d'autant plus vraie que par convention tout est classé par ordre alphabétique. C'est bien connu, les professeurs retiennent d'abord le prénom des élèves en haut de la liste d'appel. De même, il a été prouvé que les universitaires avec un nom commençant par les premières lettres de l'alphabet étaient plus cités par leurs pairs et avaient donc de meilleures évaluations.

Et si le classement des valeurs boursières avait des effets similaires sur les marchés financiers ? C'est en tout cas ce que montre une récente étude de Heiko Jacobs et Alexander Hillert, tous deux chercheurs en finance à l'université de Mannheim en Allemagne.

13% d'échanges en plus 

Les effets ne sont pas anodins. Les deux chercheurs ont comparé les titres figurant dans les premières lignes des cours de Bourse et ceux à la fin. Résultat : les 5 premiers pour cent s'échangent plus que le dernier quart. La différence n'est pas négligeable, le volume d'échange est supérieur de 13%. Autre bénéfice : les coûts de trading des premiers titres sont inférieurs de 11%.

La position sur une liste a aussi des conséquences sur la valorisation des entreprises, la couverture par les analystes et les médias. Dans tous les cas, c'est meilleur, même si ces effets ne sont pas aussi spectaculaires. 

Il ne faut pas nom négliger le nom de son fonds d'investissement. Plus le nom remonte dans le classement alphabétique, plus le fonds a des flux entrants, entre 3 et 6% de plus.

Tout est classé par ordre alphabétique

Heiko Jacobs et Alexander Hillert sont partis du constat que les actions étaient toujours classées par ordre alphabétique. Que ce soit sur les terminaux Bloomberg, sur le site du New York Times ou sur  finance.yahoo.com. Ils ont donc décidé d'étudier l'évolution des actions entre 1995 et 2009.

Conformément à leur intuition, les entreprises figurant en tête du classement alphabétique sont plus suivies par les investisseurs et ont de meilleures performances. En d'autres termes, sur les marchés il vaut mieux détenir un titre commençant par A comme Apple que par V comme Vivendi.

Il existe une exception, ce sont les marchés japonais où les action sont triées en fonction de leur code numérique. Mais là encore, les observations sont les mêmes. Il est préférable de figurer dès les premières lignes. Cet exemple permet aussi de conforter l'idée que le classement est bien un facteur déterminant de biais et non pas des propriétés cachées de la lettre A. 

La visibilité de l'action est meilleure

Quant aux explications, les auteurs de l'étude avancent des arguments d'ordre culturel. Les traders lisent les cours de Bourse de haut en bas et perdent patience au fur et à mesure de leur lecture. Ils ont d'ailleurs sans doute déjà trouvé leur bonheur avant d'arriver à la fin. Surtout figurer en tête de liste permet de booster sa visibilité, de rendre les investisseurs plus familiers avec le cours de l'action.

Les auteurs de l'étude remarquent aussi un biais inconscient. Le haut de la liste est associé à des valeurs de meilleure qualité tout comme on pourrait faire la différence entre des actions de classe A et des actions de classe B.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 27/04/2014 à 12:00
Signaler
Et dire que ces marchés sont supposés être "rationnels" et "efficients"... C'est hélas probable, mais cela a moins d'importance avec la montée des logiciels.

à écrit le 26/04/2014 à 2:15
Signaler
Et c'est aussi pour cela que Gérard Mulliez, fondateur, a choisi le nom "Auchan" alors que, à l'origine des supermarchés (puis hypermarchés) devaient s'appeler "Hauts Champs", nom du quartier de Roubaix où s'est ouvert le premier d'entre eux il y a 5...

à écrit le 25/04/2014 à 17:41
Signaler
Encore une étude pipi-caca d'universitaires en manque de publications...

le 27/04/2014 à 9:25
Signaler
pas d'accord avec vous , aux US dans les années 70 déjà des investisseurs en capitaux risques étaient a chercher des start-up dans des bottins avec l'alphabet , ils refusaient d'aller jusqu'à la lettre K , donc ils regardaient le A et le Z voir le W ...

le 27/04/2014 à 14:57
Signaler
@balzac Vous insinuez que Bill Gates était un investisseur idiot en nommant sa société Microsoft... et pourtant Apple était au bord du gouffre dans les années 80.

le 28/04/2014 à 8:52
Signaler
le cas microsoft est plus complexe , tout d'abord cet homme a acheté un logiciel 30000 dollars a l'époque qu'il a revendu a IBM plus du milliard , donc ce fut une excellente transaction financière qui lui a permis de s'enrichir très vite , ensuite Ap...

à écrit le 25/04/2014 à 17:28
Signaler
Oui, mais ce n'est pas très différent des achats compulsifs ou dictés par la manière dont les produits sont disposés dans les rayons des supermarchés...

à écrit le 25/04/2014 à 12:36
Signaler
Ce qui indique donc que les gens qui investissent en bourse sont des pingouins qui ne font pas preuve de discernement ni d'intelligence. On ne choisit pas un titre ou une valeur parce que son nom commence par A ou B mais parce que c'est une entrepris...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.