Le nouveau tournant chinois

 |   |  327  mots
Marc Fiorentino
Marc Fiorentino (Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité économique commentée par Marc Fiorentino...

La Chine connaît une nouvelle mutation profonde de son économie.

Après avoir tout misé sur ses exportations pendant des décennies, elle avait fait le choix de favoriser la consommation comme moteur de la croissance.

Mais la consommation s'essouffle.

Et, du fait de la guerre commerciale, les exportations ne peuvent pas prendre le relais.

LE CHALLENGE CHINOIS
L'économie chinoise connaît un ralentissement marqué.
On ne peut évidemment pas se fier aux chiffres officiels puisqu'ils ont toujours été faux et manipulés.
Après des décennies de croissance supérieure à 10%, il semble que les nouveaux objectifs de croissance, au-dessus de 6%, soient inatteignables.
La croissance chinoise pourrait déjà être inférieure à 2.5 ou 3%.
Un challenge pour le gouvernement.

LES RAISONS DU RALENTISSEMENT
Conjoncturelles d'abord.
Certes la Chine ne misait plus uniquement sur ses exportations depuis plus de 10 ans mais les exportations restent un moteur puissant de l'économie chinoise.
Or les exportations marquent le pas.
Du fait de la guerre commerciale avec les États-Unis.
Mais aussi du fait du ralentissement économique mondial.

STRUCTURELLES ENSUITE...
Et c'est peut être le plus troublant.
La consommation des ménages marque le pas.
Or la Chine avait fait le pari du moteur de la consommation grâce à l'émergence d'une classe moyenne puissante.
La consommation marque le pas du fait du surendettement des ménages, surtout des jeunes générations, du fait de la hausse du coût de la vie, et notamment de l'immobilier dans les grandes villes mais du fait également de l'évolution des mentalités chez les millenials.
Rappelons que la consommation représente aujourd'hui 40% du PIB chinois.
Et que la consommation des ménages chinois représente 1/7ème de la croissance mondiale de la dernière décennie.

TRUMP, AGAIN...
Non seulement l'affaire ukrainienne ne l'a pas calmé.
Mais il a déclenché un nouveau...
Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2019 à 17:14 :
"et notamment de l'immobilier dans les grandes villes."

La spéculation mêlée au dumping social c'est l'échec assuré, regardez au Bangladesh dans lequel les ouvrières du textile ont demandé une augmentation de leur salaire pas pour faire la révolution, ni pour devenir client chez l’Oréal, non seulement pour pouvoir se loger, avec leurs 85 euros par mois elles n'y arrivent pas car al finance s'est jetée sur l’immobilier et ho surprise, les prix ont flambé.

Autrefois la finance prenait tout ce que l'on gagnait mais après qu'on l'ai gagné, maintenant, dégénérée par son avidité elle prend le fric avant même que les esclaves le gagnent, esclaves c'est faux; un esclave est mieux traité car investissement à long terme avec donc obligation de l'entretenir un minimum.

"Rien ne l'arrête. Même pas une procédure de destitution."

Yeah ! John Wayne is back ! ^^

"Une conséquence, entre autres, de la hausse du coût de l'immobilier. C'est énorme."

On ne commencerait pas à avoir un très très gros problème de accaparement de l'immobilier par le secteur financier ? Longue vie aux petits propriétaires, ne lâchez rien ! Pas facile à l'époque actuelle c'est sûr...

"Je préférais le précédent spectacle de Macron "le grand débat" à son nouveau one man show "retraites""

Tss tss, des idées toutes faites, attendez la sortie du "Live tour 2" et vous verrez vous serez charmé !

"le fonds souverain norvégien a payé 613 millions d'€ pour un immeuble situé au 79 avenue des Champs-Élysées d'une surface de vente de 4500m2 et d'une surface utile de 7700m2 pour lequel Nike a signé un bail de 12 ans, le précédent record des Champs-Élysées était 600 millions pour l'immeuble Apple, 80000 €/m2...; "

Ca ne peut plus durer ce sont les travailleurs qui en subissent les conséquences de plus en plus difficiles à porter, les salariés qui dorment dans leur bagnole ça ne devrait pas s'arrêter tout de suite.

La finance aura anéanti la valeur travaille, et cette destruction, cette dévaluation totale faisant que les salariés se prennent tous pour des minables est en train d'anéantir en plus l'économie réelle. Qu'avons nous fait pour en arriver là ? L'urgence est encore plus grande de redonner de la valeur et donc de l'intérêt au travail que de sauver le "climat" !

Et bravo au fait pour la prévision de la baisse de la bourse, c'était pas évident étant donné que les marchés financiers sont totalement déconnectés des réalités, lire leurs futurs actes est particulièrement compliqué, moi je les voyais monter jusqu'à exploser mais on dirait bien qu'il y a des logiciels de sauvegarde non ? Bref des gardes fous pour la finance tandis que nos "démocraties" n'en ont pas un seul...
a écrit le 04/10/2019 à 16:34 :
Je l'écris et je le répète: la Chine, c'est comme le Japon de années 1970-90 mais cela a fait plouf plouf à partir de 1990.
Dans un premier temps, cela risque d'avoir un impact significatif sur les marchés Américains et Européens (-20% ?), donc vente d'actions et arbitrage UC vers fonds Euros dans les AV.
Cordialement
Réponse de le 04/10/2019 à 19:49 :
A Bernadino
Ah bon le Japon a fait plouf? Pourtant ils sont la 3ème économie au monde non?
Pour rappel la Chine c'est 10 fois le Japon en population, je pense que vous ne vous rendez pas compte du potentiel de ce pays.
Réponse de le 06/10/2019 à 9:02 :
@Nicolas 04/10/2019 19:49
Je me base sur des faits et non pas sur des impressions.
Depuis 1990, le Nikkey a été divisé par 2 (about) mais DJ et Eurostoxx 50 ont été multipliés par au moins par 3 (about).
Si vous voulez acheter des actions chinoises du CSI (per proche de 50 ??) c'est votre décision....
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :