Les Bourses repassent dans le rouge malgré les annonces de la Banque centrale chinoise

 |   |  306  mots
Paris accentue ses pertes peu après l'ouverture et abandonne 2,5% dans les premiers échanges à 4.450 points.
Paris accentue ses pertes peu après l'ouverture et abandonne 2,5% dans les premiers échanges à 4.450 points. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
L'annonce d'une baisse des taux d'intérêts par la banque centrale chinoise avait été applaudie par les investisseurs entraînant les marchés asiatiques à la hausse. Shanghai a cependant terminé en forte baisse. Les Bourses européennes basculent également dans le rouge après la pause de mardi.

Les Bourses asiatiques terminent en ordre dispersé. La Bourse de Tokyo est repassée dans le vert après six séances consécutives en baisse. Kabuto Cho a ainsi terminé sa séance sur un gain de 3,20% à 18.376 points. De son côté, la Bourse de Shanghai était orientée à la hausse tout au long de sa séance, prenant autour de 1% une heure avant sa clôture. A la dernière minute, l'indice chinois a basculé dans le rouge avant de finir la séance sur un repli de 1,27%.

La Banque centrale chinoise reprend la main

Pourtant, les marchés semblaient saluer la décision de la Banque centrale chinoise d'abaisser ses taux directeurs. Cette mesure, annoncée mardi, doit ramener le taux à 4,6%, soit une baisse de 25 points de base. Le ratio de réserves obligatoires des banques doit être abaissé de 50 points de base.

Les Bourses européennes basculent de nouveau dans le rouge

Les places européennes ne semblent pas convaincues par cette perspective. Elles ouvrent toutes en baisse ce mercredi matin, après avoir pourtant bien rebondi mardi. Le Cac 40 a ainsi ouvert en recul de 1,44% à 4.499 points avant d'accélérer et de lâcher près de 2,5%. La veille, il avait terminé sur un gain de 4,14% la veille (4.564 points). Le Dax lâche 1,69% dans les premiers échanges après avoir engrangé 4,97% mardi. Le Footsie entame, lui, sa séance sur une baisse de 1%.

Wall Street dévisse à la dernière minute

Il faut dire que Wall Street n'avait pas donné une tonalité très optimiste mardi, au moins en fin de séance. Le Dow Jones avait effectivement évolué en territoire positif tout au long de la journée avant de basculer dans le rouge 20 minutes avant la clôture perdant ainsi 1,29% à 15.666 points. Le S&P a cédé 1,35% à 1.867 points.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/08/2015 à 18:28 :
Une nouvelle crise financière mondiale se prépare.
La spéculation Boursière se délite et la contagion va aller bon train.
Attendons nous à un séisme plus fort qu'en 2008
Il va falloir s'accrocher. La reprise cessera!Lles croissances voleront en éclat pour ceux des pays qui avaient retrouver un rythme élevé sauf bien sur la France qui se montre incapable de créer les conditions d'une croissance forte et durable.
a écrit le 26/08/2015 à 14:36 :
Il est probable que le CAC enfonce les 4000 points pour se stabiliser au niveau moyen de 2013. L'on attend en effet une clarification des valorisations des sociétés pétrolières américaines qui ont un effet fortement systémique [Le prix du baril devrait aller à son nouveau plancher de 17 dollars un petit moment pour tester ce seuil et remonter un peu en se stabilisant]. Des travaux préparatoires sont faits depuis plusieurs années mais elle ne vient pas s'agissant de l'essentiel. Or, en Europe toutes les pétrolières surpondèrent les indices tout en restant calées sur les décisions américaines tandis que les chinois eux ont déjà plongé volontairement. Cette situation "lame duck" ne manque pas d'inquiéter d'autant que la difficulté principale se trouve à Londres. Si le "footsie" s'écroule en suivant les américains, ce qui est fort probable, l'impact se répercutera en onde de choc. L'attente incite a mieux se préparer et pour beaucoup de particuliers et maintenant de gérants, à éviter de jouer ce coup en restant liquides. Ce qui alimente la baisse. Viendra un moment ou le choc de la baisse avec action sera préférable au choc de la baisse sans réaction. Alors la Bourse prendra ses pertes ou pas selon les positions atteintes et les cours pourront commencer à remonter pour peu que l'on puisse créer encore des actifs tangibles et probants. Le temps des Grands Projets, certainement.
a écrit le 26/08/2015 à 14:10 :
Et il y a toujours du monde pour prôner la spéculation financière sans trop la taxer SVP qui finira par laisser un champ de ruine. Nos politiques aujourd'hui autorisent les spéculations boursières en permettant de vendre ce que l'on ne détient pas! Ils pourraient l'interdire comme de rouler en sens interdit. Les banquiers semblent mener ce beau monde
a écrit le 26/08/2015 à 11:55 :
Fantastique, la rhétorique : est rapporté que selon la DBS Bank, le marché attend le gros bazooka des dépenses publiques dans un pays où le moteur est l'Etat au lieu du secteur privé. Resterait aussi la formule de privatisations gigantesques. A moins que l'oseille desséchée ne nécessite un tsunami de liquidités à réclamer au Ciel.
a écrit le 26/08/2015 à 11:19 :
Les bourses repassent dans le rouge et le PMI à 48,6 aussi… avec moins d’ETI une R&D qui ne serait pas financée comme dans les traités signés, la compétitivité 27ème fait-on du bon travail ? L’Etat n’est-il persécuteur de la société ? L’Etat relance-t-il l’industrie alors que le PMI est positif en zone euro et négatif en France ? L’Etat ne détruit-il pas la croissance et les emplois ? Le PIB stagnerait depuis 2007 alors qu’il augmente chez nos voisins. L’Europe n’est-elle pas une dictature de trucage comptable ? C’est peut-être une des raisons de l’augmentation du vote FN ? N’avons-nous pas des adolfons en France avec un taux de suicide double de nos voisins et le bien-être classé 29ème… ne fait-on pas des directeurs vicelards à l’ancienneté alors qu’on entend dire que le bac serait inutile, ne fait-on pas dans la torture gratuite ? On nous publie par exemple, les importations de fruits et légumes. Le taux de couverture serait faible, alors qu’on subventionne la volaille avec 40% d’importations alors que les Allemands exportent sans aides, pourquoi ne pas subventionner des emplois d’agriculture alors qu’on aurait une baisse des surfaces cultivées, la fraise on ne sait pas faire ? L’Etat a-t-il une politique de famine et de persécution ? Si la démographie faisait la croissance, pourquoi la France serait sous la moyenne ? Ne fait-on pas du boomster anti jeune et anti croissance ? On pourrait imaginer un guillotin et un contrat unique avec des échelons à l’avantage des jeunes actifs ? L’Europe ne fabrique-t-elle pas le terrorisme ?
Le vote FN alors qu'on aurait des régionales prochainement est-il une protestation contre l'européisme béat et existe-t-il des réseaux alors qu'on nous publie qu'il faudrait des réseaux pour trouver du travail?
Réponse de le 26/08/2015 à 14:55 :
@drolix
Votre commentaire est un fourre tout de faux ou d'approximations!
Donc ne fait pas avancer le débat.
C'est illisible, bordélique et faux.
Démonstration, pas besoin d'aller très loin, première ligne:
"Les bourses repassent dans le rouge et le PMI à 48,6 aussi"
Quel PMI?, Si non précisé c'est le général.
Il est utile de préciser que ce sont des indices intermédiaires (flashs) et que celui dont vous parlez concerne l'Industrie manufacturière.
Vous avez bien fait votre job de troll en prenant l'indice le plus bas et le moins représentatif.
........
COMPOSITE, novembre > août :
53,3 > 51,5 > 51,3 (flash).
SERVICES, novembre > août :
54.1 > 52.0 > 51,8 (flash).
Production MANUFACTURIERE, novembre > août :
49,6 > 49,2 > 49,2 (flash).
INDUSTRIE manufacturière, avril > août :
50,7 > 49.6 > 48,6 (flash).
Le composite englobe services et production manufacturière.
Production manufacturière (résultats réels = les produits)
Industrie manufacturière (activité des outils industriels)
.........
Chiffres clairs et précis:
..........
Ventes LOGEMENT NEUFS, T2-2015 :
+ 21,8% / T2-2014.
(Logements collectifs +23,4% ; Maisons individuelles +6,0%)
Réservations :
T2-2014 : 21784 logements neufs.
T4-2014 : 24673
T1-2015 : 24423
T2-2015 : 26533 logements neufs
Evolution sur 12 mois : +9,3%
........
Stock de ROBOTS INDUSTRIELS :
Pour 100 emplois dans le secteur manufacturier français (allemand, italien, espagnol)
IFR International Federation of Robotics
2002 : 0,70 (1,37 - 1,02 - 0,64)
2003 : 0,77 (1,50 - 1,08 - 0,70)
2004 : 0,86 (1,64 - 1,16 - 0,76)
2005 : 0,94 (1,74 - 1,24 - 0,84)
2006 : 1,02 (1,85 - 1,29 - 0,92)
2007 : 1,07 (1,93 - 1,34 - 0,99)
2008 : 1,12 (1,94 - 1,39 - 1,04)
2009 : 1,16 (1,98 - 1,44 - 1,20)
2010 : 1,23 (2,08 - 1,50 - 1,25)
2011 : 1,24 (2,16 - 1,51 - 1,34)
2012 : 1,22 (2,18 - 1,50 - 1,37)
2013 : 1,19 (2,25 - 1,48 - 1,40)
2014 : 1,18 (2,35 - 1,46 - 1,43)
Là, on a un réel problème, le taux de robotisation qui se dégrade.
Comme entre 2014 et 2013 le chiffre est quasiment stable, on peut supposer une reprise en 2015, mais ce sera de toute façon bien trop timide. Evidement c'est lié au cout du travail et aux marges. Evidement c'est lié aux éleveurs et agriculteurs qui ne sont pas assez performants à cause d'outils et machines pas suffisamment modernes.
Etc..........
C'est pour cette raison que notre balance est de plus en plus déficitaire par rapport à l'Allemagne et l'Italie.
Il faut vraiment mettre le paquet sur la modernisation, le numérique et les formations nécessaires.
........
PRISMEMPLOI, intérim :
Evolution des contrats, de septembre 2014 à juillet 2015:
09/14 : -2,0%
10/14 : -2,9
11/14 : -2,7
12/14 : -4,1
01/15 : +1,2
02/15 : +3,7
03/15 : -0,2
04/15 : +2,7
05/15 : +6,0
06/15 : +1,6
07/15 : +2,6%
a écrit le 26/08/2015 à 11:01 :
-1.27% pour la bourse de Shangaï, forte baisse ? Qu'est-ce que c'était quand elle a fait -8%...
a écrit le 26/08/2015 à 10:51 :
le probleme avec les Chineschines mais néanmoins d'amis c'est qu'ils ont l'ADN de jeux dans leur sang: quand cà monte cà monte encore et quand cà baisse cà baisse encore. Alélouia. N'oublions as que la bourse de Shangais a augmentée de +150% en une année hé hé
a écrit le 26/08/2015 à 10:15 :
Le manège continue qui ne devrait surprendre personne ; le vocabulaire même de cet article < la banque centrale reprend la main > décrit parfaitement le jeu de poker menteur avec des croupiers qui comptent les points pour vider les portes monnaies des épargnants tellement confiants !
Réponse de le 26/08/2015 à 13:30 :
Moi aussi cette phrase m'a choqué, mais pas pour la même raison. On a l'impression en lisant les articles de ces 3 derniers jours que youplala, tout allait bien jusqu'à vendredi, et tout à coup, telle une météorite fonçant sur les dinosaures, un Krach a déboulé sans que personne ne l'ait vu venir ! Et bien NON : ça fait déjà depuis octobre 2013 que les attentifs ont remarqué qu'il y a un problème de croissance en Chine, et que depuis, tous les 2 mois, la Banque Centrale de ce pays a pris des mesures pour en arrêter le déclin ... sans grand succès pour le moment ! Si les médias et les boursiers sortaient un peu de "l’événement immédiat" et du sensationnel pour se concentrer sur des articles de fond, personne ne serait vraiment surpris ! Ni d'ailleurs quand, dans quelques temps, on s'apercevra que cette baisse des taux d'intérêts n'aura eu qu'un effet très limité (note : ce n'est pas la 1ière en presque 2 ans, loin de là !).
Réponse de le 26/08/2015 à 13:30 :
Moi aussi cette phrase m'a choqué, mais pas pour la même raison. On a l'impression en lisant les articles de ces 3 derniers jours que youplala, tout allait bien jusqu'à vendredi, et tout à coup, telle une météorite fonçant sur les dinosaures, un Krach a déboulé sans que personne ne l'ait vu venir ! Et bien NON : ça fait déjà depuis octobre 2013 que les attentifs ont remarqué qu'il y a un problème de croissance en Chine, et que depuis, tous les 2 mois, la Banque Centrale de ce pays a pris des mesures pour en arrêter le déclin ... sans grand succès pour le moment ! Si les médias et les boursiers sortaient un peu de "l’événement immédiat" et du sensationnel pour se concentrer sur des articles de fond, personne ne serait vraiment surpris ! Ni d'ailleurs quand, dans quelques temps, on s'apercevra que cette baisse des taux d'intérêts n'aura eu qu'un effet très limité (note : ce n'est pas la 1ière en presque 2 ans, loin de là !).
a écrit le 26/08/2015 à 9:52 :
Encore une petite purge, car des valeurs technologiques, d'Internet, et des biotechnologies sont largement surévaluées. Après suivront, si ce n'est pas commencé, des valeurs d'équipements ou de services pétroliers ou para pétroliers, de génie civil, de recherches et de développements. Nous avons bien vu en 2008 qu'il y a une seule et même économie. Celle de nos emplois, le reste, c'est du blabla. Me dire que tout va bien avec une Chine, la Russie, le Brésil, l'Amérique du Sud malade, les États-Unis, le Japon grippé, des pays émergants en difficultés, l'Europe avec une reprise précaire, des matières premières en chute libre donc moins de devises pour les pays concernés. Je trouve cela "gonflé". Il y aura des répercussions dès le quatrième trimestre 2015. A suivre de près pour la mesure de la croissance. A suivre.
Réponse de le 26/08/2015 à 10:59 :
"Après suivront, si ce n'est pas commencé, des valeurs d'équipements ou de services pétroliers ou para pétroliers, de génie civil, de recherches et de développements"

Mattez le cours de CGG ou Technip: c'est légèrement commencé...
Réponse de le 26/08/2015 à 11:31 :
@Benoit
La mesure de la croissance...La croissance telle que définie et telle que nous la connaissons (subissons) c'est à mon sens terminé. La croissance ce n'est pas seulement une donnée économique, dont la composante financière est dominante, elle a aussi une dimension sociale qui est négligée dont les peuples font les frais. L'enrichissement minoritaire au détriment d'un appauvrissement généralisé n'est pas tenable sur le long terme. Le fonctionnement actuel de l'économie boosté aux idées néo-libérales est en bout de course. Un rééquilibrage sera inéluctable, contraints et forcés,(par leurs électeurs, la rue..) les politiques qui ont cédé à toutes les sirènes libérales devront reprendre la main sur le secteur financier en rendant à l'Etat le pouvoir de créer la monnaie et de réguler les flux financiers, pour s'assurer du financement de l'économie réelle. Ce n'est plus ni moins qu'un enjeu de démocratie.
Réponse de le 26/08/2015 à 13:22 :
@Benoit
Les très grosses capitalisations techno et internet (celles qui font les indices) ne sont pas surévaluées par rapport à certaines valeurs du type "père de famille". En fait, elles ont des "problèmes" car elles ne savent pas quoi faire de leur liquidités.
En revanche, le biotech et certaines autres start-ups sont sky high.
Pour le reste, je suis d'accord avec vous.
Au jour d'aujourd'hui, USD 5 000 Mlds et USD 2 000 Mlds se sont évaporés en Chine continentale et aux Etats Unis. Si on ajoute l'Europe, le Japon, etc.. cela doit faire au moins USD 10 000+ Mlds donc cela pourrait avoir, in fine, un effet sur l'économie réelle par une baisse de consommation..
Les effets des baisses de matières premières étaient déjà dans les cours.
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :