Téléchargez
notre application
Ouvrir

Grève et marche à Athènes contre une réforme du droit de grève

reuters.com  |   |  430  mots
Greve et marche a athenes contre une reforme du droit de greve[reuters.com]
(Crédits : Alkis Konstantinidis)

ATHENES (Reuters) - Plusieurs milliers de Grecs ont manifesté vendredi dans le centre d'Athènes contre des réformes que le Parlement doit adopter la semaine prochaine en échange d'une nouvelle aide internationale.

Une grève, la première de l'année en Grèce, a parallèlement provoqué de nombreuses perturbations dans la capitale.

Le métro d'Athènes, emprunté quotidiennement par 938.000 usagers, est resté portes closes, provoquant d'importants embouteillages dans la ville de 3,8 millions d'habitants.

Les dockers ont paralysé le trafic portuaire et les hôpitaux publics ont dû faire appel à du personnel de remplacement.

D'autres arrêts de travail sont programmés lundi, jour de l'examen par le Parlement d'un projet de loi prévoyant notamment une réorganisation des prestations familiales, la mise en place d'une nouvelle procédure pour les saisies de biens immobiliers et un durcissement des conditions d'appel à la grève.

"Pas touche à la grève !", "Non à l'esclavage moderne" ou "Soulèvement !" ont crié des manifestants lors d'une marche qui a rassemblé quelque 20.000 personnes dans le centre d'Athènes.

Des incidents se sont produits devant le Parlement, où les élus débattaient du projet de loi. La police est intervenue brièvement à l'aide de gaz lacrymogène pour disperser quelques individus tentant d'approcher le bâtiment.

Le projet de loi est dénoncé par de nombreux Grecs, qui ont vu leurs revenus chuter et leurs conditions de vie se dégrader fortement depuis le premier plan de sauvetage financier du pays en 2010.

Deux autres plans de renflouement ont été accordés depuis par les Européens et le Fonds monétaire international (FMI).

"Cela revient à abolir le droit de grève. De telles choses ne s'étaient produites que sous la junte", a déclaré un officier de marine à la retraite, George Papaspyropoulos, en référence à la dictature des colonels (1967-74).

"Ce gouvernement n'a de gauche que le nom, mais en réalité, c'est une junte", a-t-il dit.

Le gouvernement est dirigé depuis 2015 par l'alliance de gauche Syriza.

Pour le moment, un syndicat peut lancer un appel à la grève s'il est soutenu par un tiers de ses membres. La nouvelle loi relèverait ce seuil à 50%.

Le gouvernement justifie ces réformes par la nécessité de recevoir de l'argent frais. Le troisième plan de renflouement, toujours en cours, expire en août.

Jusqu'à présent, la Grèce a perçu 40,2 milliards d'euros sur les 86 milliards prévus. Elle espère recevoir prochainement une nouvelle tranche de 4,5 milliards.

(Michele Kambas, Lefteris Papadimas; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)