Téléchargez
notre application
Ouvrir

Sondage : La gestion par Trump de la crise coréenne approuvée aux US

reuters.com  |   |  354  mots
Sondage: la gestion par trump de la crise coreenne approuvee aux us[reuters.com]
(Crédits : Jonathan Ernst)

WASHINGTON (Reuters) - Un peu plus de la moitié des Américains disent approuver la manière dont Donald Trump a géré le conflit avec la Corée du Nord, selon un sondage Reuters/Ipsos publié mercredi, au lendemain du sommet entre le président américain et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Cependant, un quart seulement des Américains interrogés estiment que le sommet de Singapour mènera à la dénucléarisation de la péninsule.

La "rencontre historique" entre Donald Trump et Kim Jong-un, mardi à Singapour, s'est conclue par la signature d'un document "complet" scellant l'engagement des deux dirigeants à mener une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne tout en garantissant la sécurité de la Corée du Nord.

Vingt-six pour cent des personnes interrogées déclarent croire que les Etats-Unis et la Corée du Nord vont respecter leurs engagements, tandis que 34% disent ne pas savoir si cela sera le cas.

Le sommet a permis de diminuer la menace de guerre nucléaire entre Washington et Pyongyang, pensent 39% des Américains interrogés, à peine plus que les 37% qui n'imaginent pas que le sommet changera quoi que ce soit.

Donald Trump, rentré aux Etats-Unis tôt mercredi, a qualifié le sommet de "très positif" et déclaré que la Corée du Nord n'était "plus une menace nucléaire".

Le président américain recueille 51% d'opinion favorable pour sa gestion de la crise nord-coréenne.

Aux yeux de 40% des personnes interrogées, Trump est le dirigeant à qui revient le plus grand mérite pour la tenue du sommet et la signature du document scellant l'engagement à mener une dénucléarisation de la péninsule coréenne. Suivent le président sud-coréen Moon Jae-in (11%) et Kim Jong-un (7%).

Le sondage a été réalisé en ligne aux Etats-Unis les 12 et 13 juin auprès d'un échantillon de plus de 1.000 personnes âgées de 18 ans ou plus, dont 400 démocrates et 400 républicains. La marge d'erreur est de 4% pour l'échantillon complet.

(Mary Milliken et Chris Kahn, Jean Terzian pour le service français)