Téléchargez
notre application
Ouvrir

Puigdemont peut être extradé pour détournement de fonds, dit le tribunal du Schleswig-Holstein

reuters.com  |   |  432  mots
Puigdemont peut etre extrade pour detournement de fonds[reuters.com]
(Crédits : Hannibal Hanschke)

BERLIN (Reuters) - L'ancien chef de l'exécutif catalan Carles Puigdemont peut être extradé d'Allemagne vers l'Espagne pour détournement de fonds publics mais pas pour "rébellion" contre le gouvernement de Madrid, a déclaré jeudi le tribunal suprême du Land du Schleswig-Holstein.

Le 1er juin dernier, le parquet fédéral allemand avait officiellement demandé l'extradition de Puigdemont, poursuivi en Espagne après la proclamation d'indépendance de la Catalogne en octobre dernier.

Une source proche des avocats de l'ancien dirigeant catalan a déclaré que ceux-ci feraient appel de toute décision de l'extrader.

"Le tribunal (suprême du Schleswig-Holstein) a décidé ce matin qu'une extradition pour détournement de fonds publics pouvait être autorisée", a dit une porte-parole de la cour.

La décision revient maintenant au parquet fédéral, qui a fait savoir qu'il se prononcerait rapidement.

Carles Puigdemont, recherché par la justice espagnole après avoir proclamé l'indépendance de la Catalogne en octobre dernier, s'était réfugié à Bruxelles. Il a été arrêté en mars au Schleswig-Holstein, dans le nord de l'Allemagne, alors qu'il revenait d'une réunion au Danemark.

Début avril, le tribunal du Schleswig-Holstein a autorisé sa remise en liberté moyennant le versement d'une caution de 75.000 euros.

La décision du tribunal régional allemand intervient deux jours après une rencontre "cordiale" entre le nouveau chef du gouvernement espagnol, le socialiste Pedro Sanchez, et le nouveau président catalan Quim Torra, également favorable à l'indépendance.

Interrogé en marge du sommet de l'Otan jeudi à Bruxelles, Pedro Sanchez a déclaré qu'il respectait les décisions judiciaires concernant Puigdemont, qu'elles soient allemandes, belges ou espagnoles.

Il a toutefois souligné que l'ancien président de la Généralité devrait être jugé en Espagne pour son rôle dans la tentative de sécession.

L'accusation de détournement de fonds publics peut entraîner une peine maximale de huit ans de prison, celle de rébellion une peine pouvant aller jusqu'à 30 ans de détention.

"Le principal mensonge proféré par l'Etat espagnol (celui de rébellion) a été rejeté. La justice allemande dément que le référendum du 1er octobre (2017 sur l'indépendance de la Catalogne) était une rébellion", a réagi Carles Puigdemont sur Twitter.

Il a également dénoncé le maintien en détention provisoire en Espagne de six anciens membres de l'exécutif catalan, de l'ancien président du Parlement de Barcelone et de deux responsables d'ONG pro-indépendance.

(Holger Hansen et Belen Carreño; Guy Kerivel pour le service français)