Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'antisémitisme n'a pas sa place en Allemagne, dit Merkel

reuters.com  |   |  553  mots
L'antisemitisme n'a pas sa place en allemagne, dit merkel[reuters.com]
(Crédits : Christian Mang)

par Hannibal Hanschke

HALLE, Allemagne (Reuters) - L'antisémitisme n'a pas sa place en Allemagne, qui doit lutter par tous les moyens possibles contre la haine, a déclaré jeudi Angela Merkel, se disant choquée par l'attaque la veille d'une synagogue à Halle.

Un homme armé a tenté mercredi de pénétrer dans une synagogue à Halle, ville de l'est de l'Allemagne. Faute d'y parvenir, il a abattu deux personnes dans la rue et dans un restaurant turc voisin avant de se faire arrêter par la police. Il a filmé son acte retransmis en direct sur internet.

Angela Merkel a souligné jeudi que le suspect, Stephan B., aurait pu faire beaucoup plus de victimes s'il avait réussi à forcer l'entrée de la synagogue, finalement protégée par ses portes solides et ses murs élevés.

"Je suis, comme des millions de personnes en Allemagne, choquée et abattue par le crime qui a été commis hier à Halle", a dit la chancelière allemande dans un discours à Nuremberg, provoquant des applaudissements nourris de son auditoire.

"Nous le savons tous, nous avons évité de peu une attaque terrible contre les personnes présentes dans la synagogue", a-t-elle ajouté. "Il aurait pu y avoir beaucoup plus de victimes."

Dans une vidéo de plus de 30 minutes filmée avec une caméra installée sur son casque, on entend l'assaillant pester contre son incapacité à entrer dans la synagogue avant d'abattre une femme dans la rue puis un homme dans un restaurant turc à proximité.

LE SUSPECT VOULAIT COMMETTRE UN MASSACRE, DIT LE PARQUET

"Nous sommes heureux de chaque synagogue, chaque communauté juive et chaque vie juive dans notre pays", a dit Angela Merkel.

"Cela signifie (...) que les représentants de l'Etat doivent utiliser tous les moyens de l'Etat pour lutter contre la haine, la violence et l'hostilité envers les autres."

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier s'est rendu jeudi dans la synagogue visée.

"Aujourd'hui est une journée de honte", a dit le président de l'Allemagne, pays toujours marqué par l'extermination de millions de Juifs par le régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale. "Cela nous remplit tous d'horreur qu'une telle attaque ait eu lieu dans notre pays, un pays avec cette histoire."

La plupart des institutions juives dans les grandes villes d'Allemagne disposent d'une protection policière quasi permanente en raison des attaques antisémites dont le pays est parfois le théâtre de la part de militants d'extrême droite ou islamistes.

Josef Schuster, président du conseil représentatif de la communauté juive d'Allemagne, a cependant critiqué la police pour l'absence de dispositif à l'extérieur de la synagogue de Halle où priaient des dizaines de personnes.

Le parquet fédéral, chargé de l'enquête, a déclaré jeudi que le suspect voulait commettre un massacre et inspirer d'autres attaques du même type.

"Ce que nous avons vécu hier, c'était du terrorisme. D'après ce que nous avons découvert, le suspect Stephan B. voulait commettre un massacre", a dit le procureur fédéral Peter Frank.

Le suspect semble avoir fabriqué lui-même plusieurs de ses armes et des explosifs ont été retrouvés dans sa voiture, a-t-il ajouté.

(Avec Thomas Escritt, Sabine Siebold et Michelle Martin; Bertrand Boucey pour le service français)