Téléchargez
notre application
Ouvrir

FDJ : La souscription à l'entrée en Bourse fixée du 7 au 20 novembre

reuters.com  |   |  309  mots
Fdj: la souscription a l'entree en bourse fixee du 7 au 20 novembre[reuters.com]
(Crédits : Eric Gaillard)

PARIS (Reuters) - La privatisation de la Française des Jeux (FDJ) se fera bien dans le courant du mois de novembre, conformément au souhait du gouvernement, annonce le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, dans un entretien au Journal du Dimanche (JDD).

"Les Français et les investisseurs pourront souscrire à des actions FDJ entre le 7 et le 20 novembre", déclare Bruno Le Maire dans cette interview.

Le ministre précise dans les colonnes de l'hebdomadaire dominical que "pour les particuliers, sous réserve de validation par l'Autorité des marchés financiers, une action gratuite sera accordée pour 10 actions achetées, si ces actions sont conservées dix-huit mois".

"Je souhaite par ailleurs qu'une décote de 2 % sur le prix de l'action achetée soit appliquée", ajoute-t-il, en précisant espérer que cette opération "soit un succès populaire".

Interrogé sur l'objectif d'un milliard d'euros pour cette cession, évoqué en début de semaine par la présidente directrice-générale de la FDJ Stéphane Pallez, Bruno Le Maire botte en touche.

"Donner un objectif revient à fixer une limite, et je ne veux pas fixer de limite à notre ambition", dit le locataire de Bercy.

Quatrième loterie mondiale et numéro deux européenne, la FDJ est contrôlée à 72% par l'Etat français, qui compte conserver 20% du capital à l'issue de l'opération.

Le principe de cette privatisation, comme celle d'ADP (ex-Aéroports de Paris) ainsi que la diminution de la participation de l'Etat dans Engie, a été approuvé dans le cadre de la loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises), adoptée au printemps par le Parlement.

Le produit de ces opérations a vocation à alimenter un fonds pour l'innovation, doté de dix milliards d'euros, et à participer au désendettement du pays.

(Myriam Rivet)