Téléchargez
notre application
Ouvrir

USA/Opioïdes : Règlement amiable à 50 milliards de dollars en négociations

reuters.com  |   |  321  mots

(Reuters) - Plusieurs groupes pharmaceutiques et fournisseurs américains de médicaments proposent de verser la somme de 22 milliards de dollars (19,9 milliards d'euros), ainsi des médicaments et des services d'une valeur estimée à 28 milliards de dollars, pour clore les poursuites engagées à leur encontre dans la crise des opioïdes, a-t-on appris mercredi auprès de deux sources au fait des discussions.

L'industrie pharmaceutique doit faire face à des actions en justice intentées par les Etats ou des centaines de municipalités ou comtés américains qui les accusent d'avoir sciemment alimenté l'addiction potentiellement mortelle aux opioïdes, à l'origine d'une grave crise sanitaire ces dernières années aux Etats-Unis.

Les trois groupes McKesson, AmerisourceBergen et Cardinal Health prévoient un versement de 18 milliards de dollars sur une période de 18 ans, tandis que le géant de la santé Johnson & Johnson propose un versement de 4 milliards de dollars, ont dit à Reuters deux sources proches au fait des discussions.

Le laboratoire Teva a proposé de fournir pour 15 milliards de dollars de médicaments dans le cadre de l'accord, ainsi que des services de distribution estimés à plusieurs milliards, selon une des deux sources.

L'accord proposé par Teva s'étendrait sur 10 ans, dont la valeur totale est estimée à environ 28 milliards de dollars, ajoutent les deux sources, sans que l'on sache cependant comment a été calculée cette estimation.

Les négociations sont menées par les procureurs généraux du Texas, du Tennessee, de la Caroline du Nord et de la Pennsylvanie, souligne-t-on de même source, ajoutant qu'il n'y avait aucune garantie qu'un accord soit conclu.

Au moins 400.000 personnes sont mortes au cours des vingt dernières années aux Etats-Unis de surdoses liées aux opioïdes vendus légalement ou illégalement, selon les statistiques fédérales.

(Nate Raymond à Boston, avec la rédaction de Bangalore; Arthur Connan pour le service français)