Téléchargez
notre application
Ouvrir

Elections en Suisse : L'UDC reste en tête, progression des écologistes

reuters.com  |   |  366  mots
Elections en suisse: l'udc reste en tete, progression des ecologistes[reuters.com]
(Crédits : Arnd Wiegmann)

BERN (Reuters) - Les conservateurs nationalistes de l'Union démocratique du centre (UDC) sont arrivés en tête des élections fédérales de dimanche en Suisse mais cèdent du terrain par rapport au précédent scrutin, selon les projections de la télévision suisse qui pointent également une forte progression des formations écologistes.

L'UDC est donnée à 25,8% contre 29,4% il y a quatre ans.

Le Parti socialiste (PS) est aussi en recul, passant de 18,8% à 16,6%. Les libéraux du PLR conservent leur troisième place, à 15,3% (-1,1 point).

Les partis écologistes confirment en revanche la progression annoncée par les sondages sur les intentions de vote. Passant de 7,1 à 13% des voix, les Verts deviennent le quatrième parti du pays. Les Vert'libéraux passent eux de 4,6 à 7,9%.

"Ce n'est pas une vague verte, c'est un tsunami, un ouragan", a commenté au micro de la radio suisse la numéro deux des Verts, Céline Vara, élue dans le canton de Neuchâtel au Conseil des Etats, le "Sénat" suisse.

Il y a quatre ans, c'est la question migratoire qui avait dominé les débats, permettant à l'UDC de réaliser sa meilleure performance en sièges. Cette fois, La question du dérèglement climatique a été l'un des thèmes majeurs de la campagne électorale.

La progression des écologistes pourrait modifier la composition du Conseil fédéral, le gouvernement confédéral dont les sept sièges sont actuellement répartis entre l'UDC (deux sièges), le PS (deux sièges), le PLR (deux sièges) et les démocrates chrétiens (un siège).

Avec 26 sièges cumulés au Conseil national, la chambre basse du Parlement suisse qui compte 200 élus, les deux formations écologistes pourraient en effet prétendre à un siège au conseil fédéral.

Ce serait une sensation politique: jamais un écologiste n'a siégé au sein de l'exécutif de la confédération, dont la composition est quasiment inchangée depuis 1959.

"Le Conseil fédéral dans sa composition actuelle n'est plus adapté", a déclaré Regula Rytz, qui dirige les Verts.

(Marina Depetris, Cécile Mantovani et Angelika Gruber; Henri-Pierre André pour le service français)