Téléchargez
notre application
Ouvrir

Eclaboussé par l'affaire Epstein, le prince Andrew se met en retrait

reuters.com  |   |  303  mots
Eclabousse par l'affaire epstein, le prince andrew se met en retrait[reuters.com]
(Crédits : Pool New)

LONDRES (Reuters) - Le prince Andrew, pris dans la tourmente de l'affaire Jeffrey Epstein, a mis fin mercredi à ses fonctions officielles en invoquant les torts causés à la famille royale britannique, particulièrement ces derniers jours.

Le deuxième fils de la reine Elizabeth II nie avoir eu une relation sexuelle avec une jeune fille de 17 ans que lui aurait présentée le milliardaire américain, à l'origine d'un scandale retentissant aux Etats-Unis.

Au Royaume-Uni, la polémique a rebondi samedi à la suite d'une interview embarrassante pour le prince Andrew, qui a livré des explications tortueuses, sans montrer le moindre signe de compassion à l'égard des victimes de Jeffrey Epstein.

Dans un communiqué de Buckingham Palace, le frère du prince Charles fait état du "désordre majeur" que provoque la controverse pour la famille royale et les oeuvres caritatives qui lui sont rattachées.

"En conséquence, j'ai demandé à Sa Majesté la possibilité de me mettre en retrait de mes fonctions officielles à brève échéance et elle m'a donné sa permission", est-il écrit.

Le prince Andrew se dit par ailleurs prêt à collaborer avec la justice.

Les agissements de l'héritier se sont invités dans la campagne en vue des élections législatives du 12 décembre : le chef de file travailliste Jeremy Corbyn juge qu'il reste des zones d'ombre à éclaircir tandis que le Premier ministre conservateur, Boris Johnson, considère que la famille royale est "au-dessus de tout soupçon".

Jeffrey Epstein, soupçonné de viols sur des mineurs, a été retrouvé sans vie le 10 août dernier dans sa cellule du Metropolitan Correctional Center (MCC) à Manhattan, où il était détenu après son arrestation le 6 juillet. Une enquête a conclu à un suicide.

(Andy Bruce et Michael Holden, version française Simon Carraud, édité par Jean-Stéphane Brosse)