Téléchargez
notre application
Ouvrir

Liban : Nouvelle vague de manifestations pour la fête nationale

reuters.com  |   |  359  mots
Liban: nouvelle vague de manifestations pour la fete nationale[reuters.com]
(Crédits : Andres Martinez Casares)

BEYROUTH (Reuters) - Plusieurs dizaines de milliers de Libanais ont célébré vendredi la fête nationale en participant à une nouvelle journée de manifestations contre une élite jugée corrompue et incapable de sortir le pays de la crise économiques et politique.

Ce mouvement de contestation sans précédent à l'échelle nationale, qui a débuté il y a cinq semaines, a entraîné la démission du Premier ministre Saad Hariri le 29 octobre. Les partis politiques profondément divisés ne sont toujours pas parvenus à s'entendre sur la formation d'un nouveau gouvernement, malgré l'urgence due à l'aggravation de la situation économique.

    Une foule de manifestants munis de drapeaux libanais a envahi la place des Martyrs, dans le centre de Beyrouth. Beaucoup ont dit avoir le sentiment de célébrer l'indépendance pour la première fois.

    "Cette année, le jour de l'indépendance est différent. Avant, leur système de partage du pouvoir et de corruption le salissait. Aujourd'hui, nous réclamons une indépendance propre et un pays où nous pouvons vivre dans la dignité et la fierté", a déclaré une manifestante.

    Le défilé militaire généralement organisé sur le front de mer, près de la place des Martyrs, a eu lieu cette année dans l'enceinte du ministère de la Défense, en présence du président Michel Aoun, de Saad Hariri, qui expédie les affaires courantes, et du président du Parlement, Nabih Berri.

La crise politique s'est aggravée samedi soir lorsque Mohammad Safadi a renoncé à succéder à Saad Hariri. Cet homme d'affaires et ancien ministre des Finances, dont le nom aurait émergé à l'issue d'une réunion entre Hariri et les mouvements chiites Amal et Hezbollah, a jugé trop difficile de former un gouvernement "harmonieux" soutenu par toutes les forces politiques du pays.

Son retrait pourrait retarder l'adoption de réformes que le Liban s'est engagé à mettre en oeuvre pour obtenir le versement des 11 milliards de dollars promis lors d'une conférence organisée à Paris en 2018.

(Dala Osseiran et Nadine Awadalla, Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Henri-Pierre André)