Téléchargez
notre application
Ouvrir

"J'accuse" de Polanski en tête des nominations aux César

reuters.com  |   |  377  mots
France: j'accuse de polanski en tete des nominations aux cesar[reuters.com]
(Crédits : Charles Platiau)

PARIS (Reuters) - L'Académie des César a distingué mercredi le film "J'accuse" de Roman Polanski, nommé dans 12 catégories dont celle du meilleur film et du meilleur réalisateur, éludant les accusations de viol à l'encontre du cinéaste franco-polonais.

Les récompenses seront remises le 28 février lors de la cérémonie, rendez-vous annuel du cinéma français.

Le "J'accuse" de Roman Polanski, récit de l'affaire Dreyfus vue à travers les yeux d'un personnage secondaire, est en lice dans les catégories les plus prestigieuses, dont celles du meilleur film, du meilleur réalisateur et du meilleur acteur.

La sortie du film, en novembre dernier, avait ravivé la polémique sur les égards réservés par le monde du cinéma au réalisateur, accusé d'agressions sexuelles par plusieurs femmes. Roman Polanski a toujours contesté ces accusations.

"On n'est pas une instance qui doit avoir des positions morales, tous les films sortis entre le 1er janvier et le 31 décembre sont éligibles", a justifié mercredi le président de l'Académie des César, Alain Terzian.

"Sauf erreur de ma part, 1,5 million de Français ont été voir son film, interrogez-les", a-t-il souligné.

Face aux réactions suscitées par les nominations, le ministre français de la Culture rappelle dans un communiqué qu'il n'a pas à intervenir dans la procédure de nomination, ni à "définir les conditions d'éligibilité des films".

"Je défendrai et protégerai la liberté de création avec la même détermination que je combats, au quotidien, toutes les formes de violences sexistes et sexuelles. Je le répète : le talent n'est pas une circonstance atténuante ; le génie, pas une garantie d'impunité. Un artiste est un justiciable comme les autres", ajoute Franck Riester.

Ces dernières années, plusieurs affaires d'agressions sexuelles ont ébranlé le milieu du cinéma, à commencer par le scandale Harvey Weinstein, du nom d'un ex-magnat d'Hollywood visé par des dizaines d'accusations, à l'origine du mouvement #metoo de libération de la parole des victimes.

Les révélations de la comédienne Adèle Haenel sur les agissements d'un réalisateur ont provoqué un examen de conscience du même genre en France.

(Simon Carraud, édité par Sophie Louet)