Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le marché immobilier britannique à l'arrêt, l'horizon incertain

reuters.com  |   |  317  mots
Le marche immobilier britannique a l'arret, l'horizon incertain[reuters.com]
(Crédits : Toby Melville)

LONDRES (Reuters) - Le marché britannique de l'immobilier est pratiquement gelé en raison des mesures de confinement imposées par le gouvernement et il est trop tôt pour prédire son évolution à plus long terme, estime mardi le spécialiste du crédit Halifax.

Selon son étude mensuelle, les prix immobiliers sont restés stables en mars après cinq mois consécutifs de hausse. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,1% après +0,2% en février.

Sur un an, la hausse atteint néanmoins 3% en mars après 2,8% le mois précédent. Le consensus tablait sur +3,3%.

Le gouvernement britannique a demandé aux particuliers d'éviter les déménagements pour limiter la propagation du coronavirus dans le cadre des mesures de confinement qui ont considérablement freiné l'ensemble de l'activité économique dans le pays.

"Sur un plan pratique, la majeure partie de l'activité du marché est suspendue", a dit Russell Galey, directeur général d'Halifax.

"L'activité va inévitablement chuter fortement dans les mois à venir", a-t-il ajouté en soulignant que la raréfaction des transactions va rendre "plus difficile" le calcul de l'évolution des prix.

Mais il a estimé qu'il était trop tôt pour prédire l'impact à long terme du confinement sur le marché immobilier au Royaume-Uni.

"Nous avons toujours confiance dans la solidité des fondamentaux du marché immobilier et nous restons prêts à accorder de nouveaux prêts immobiliers", a-t-il assuré.

Pour Howard Archer, économiste d'EY Item, les transactions devraient repartir une fois les mesures de confinement levées mais "même ainsi, étant donné l'impact majeur subi par l'économie, avec sans doute une hausse marquée du chômage et une baisse des revenus de nombreux particuliers, il est peu probable que le marché immobilier retrouve avant un certain temps ses niveaux de début 2020".

(William Schomberg, version française Marc Angrand)

`