Téléchargez
notre application
Ouvrir

La Russie a envoyé 14 avions de combat en Libye, disent les USA

reuters.com  |   |  336  mots
La russie a envoye 14 avions de combat en libye, disent les usa[reuters.com]
(Crédits : Costas Baltas)

TUNIS (Reuters) - Des militaires russes ont acheminé 14 avions de combat MiG 29 et SU-24 vers des bases militaires libyennes, a déclaré mercredi l'armée américaine, un déploiement aérien de nature à raviver le conflit.

Moscou soutient l'ANL du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est libyen, qui a lancé en avril 2019 une offensive contre Tripoli, la capitale tenue par les forces du gouvernement d'entente nationale (GEN), seul organe exécutif reconnu par la communauté internationale depuis 2015 et appuyé militairement par la Turquie.

L'armée américaine avait déjà accusé mardi la Russie de déployer des avions de combats en Libye, un pays pourtant soumis à un embargo international sur les armes.

Dans une série de tweets, l'armée américaine affirme que les appareils ont été transférés sur place par des militaires russes et qu'ils ont été escortés par des appareils appartenant eux aussi à l'armée russe.

Ils se sont d'abord posés à Tobrouk, dans l'est libyen, avant de rejoindre Jouffra, une ville du centre du pays, bastion de l'ANL, dit encore l'armée américaine.

Les forces de Khalifa Haftar ont essuyé une série de revers militaires ces dernières semaines et ont notamment été contraintes d'opérer un retrait à Tripoli.

Selon le maire de la capitale libyenne, des mercenaires russes qui ont quitté la ligne de front ont été évacués vers le Sud.

Ces événements préoccupent au-delà des frontières libyennes et ont conduit le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian à répéter, mercredi lors d'une audition au Sénat, ses inquiétudes sur les risques qu'un scénario "à la syrienne" se reproduise en Libye.

"Nous sommes devant une 'syrianisation' de la Libye aujourd'hui", a déclaré le chef de la diplomatie française devant la commission des Affaires étrangères de la chambre haute. "C'est une situation qui est très préoccupante."

(Angus McDowall; version française Nicolas Delame, édité par Jean-Stéphane Brosse)

`