Téléchargez
notre application
Ouvrir

La Chine met en garde les Etats-Unis sur Hong Kong

reuters.com  |   |  493  mots
Hong kong: la chine prete a riposter a des mesures de washington[reuters.com]
(Crédits : James Pomfret)

par Sarah Wu et Marius Zaharia

HONG KONG (Reuters) - La Chine est prête à prendre toutes les mesures de rétorsion nécessaires si les Etats-Unis continuent d'interférer dans les affaires de Hong Kong, a averti vendredi le ministère chinois des Affaires étrangères, alors que Donald Trump doit faire connaître dans la journée sa réaction à la loi de sécurité nationale que Pékin s'apprête à instaurer dans la ville semi-autonome.

Washington réclame déjà une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies pour discuter de ce projet de loi adopté jeudi par l'Assemblée populaire nationale chinoise, dont la décision devrait désormais être mise en oeuvre par les autorités de Hong Kong, proches du pouvoir chinois.

Donald Trump pourrait notamment décider de révoquer le statut spécial que les Etats-Unis accordent à Hong Kong en raison de son autonomie, permettant à la ville d'être un important pôle financier international.

L'exécutif de Hong Kong a lui aussi mis en garde le président américain.

"Toute sanction est une arme à double tranchant qui ne nuira pas seulement aux intérêts de Hong Kong mais aussi significativement à ceux des Etats-Unis", a-t-il dit dans un communiqué publié jeudi soir.

Le gouvernement hongkongais rappelle ainsi que l'excédent commercial des Etats-Unis vis-à-vis de Hong Kong a été de 297 milliards de dollars (267 milliards d'euros) sur la période 2009-2018, plus qu'avec tout autre partenaire commercial de Washington, et que 1.300 entreprises américaines sont installées dans la ville.

Le projet de loi chinois, qui devrait entrer en vigueur avant septembre, fait suite au vaste mouvement de contestation qu'a connu Hong Kong l'an dernier contre la volonté prêtée à la Chine de renforcer son emprise sur la ville et de restreindre les libertés de ses habitants. Pékin affirme au contraire vouloir préserver la stabilité du territoire, qui bénéficie d'une certaine autonomie depuis sa rétrocession par la Grande-Bretagne en 1997, et dénonce une agitation provoquée de l'étranger, notamment par les Etats-Unis.

Le texte contre la sécession, la subversion, le terrorisme et l'ingérence étrangère, doit notamment permettre à la police et aux services de renseignement chinois d'implanter officiellement des antennes à Hong Kong.

Le ministère chinois de la Sécurité publique, qui ne peut pour l'instant exercer aucune activité dans la ville, a déclaré jeudi soir qu'il "guiderait et soutiendrait la police de Hong Kong pour stopper la violence et rétablir l'ordre".

Pour Alfred Wu, professeur associé à l'Ecole de politique publique de l'Université nationale de Singapour, cette déclaration est "l'indication la plus claire jusqu'à présent que le ministère de la Sécurité publique aura l'autorité de superviser la police de Hong Kong sur les sujets relevant de la sécurité nationale".

(version française Jean-Stéphane Brosse et Bertrand Boucey, édité par Blandine Hénault)