Téléchargez
notre application
Ouvrir

Conforama obtient la garantie de l'Etat pour 300 millions d'euros de prêts

reuters.com  |   |  296  mots
Conforama obtient la garantie de l'etat pour 300 millions d'euros de prets[reuters.com]
(Crédits : Regis Duvignau)

PARIS (Reuters) - L'Etat a annoncé jeudi son intention d'accompagner Conforama auquel il apporte une garantie pour deux prêts bancaires d'un total de 300 millions d'euros au lendemain de l'annonce du rapprochement du groupe d'ameublement avec Mobilux, la maison mère de But.

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a signé deux arrêtés accordant aux partenaires bancaires de Conforama France la garantie de l'Etat pour des prêts de 100 millions et de 200 millions d'euros, précise le ministère dans un communiqué.

"L'octroi de ce financement permet la réalisation d'une opération de rapprochement industriel avec But et aboutira à la création d'un champion français du meuble", se félicite le gouvernement.

"Cette opération sauve Conforama France d'un dépôt de bilan. Elle permet le financement du plan de sauvegarde de l'emploi en cours, la préservation d'un grand nombre d'emplois, la consolidation et la pérennité de l'activité de Conforama mais également de ses fournisseurs", poursuit le communiqué.

Mercredi, le distributeur sud-africain Steinhoff International a annoncé qu'il allait céder sa part dans Conforama France à Mobilux.

L'enseigne d'ameublement française, frappée par les conséquences de la crise du coronavirus, emploie 8.000 salariés et dispose de 165 magasins dans l'Hexagone.

Pour se concrétiser, l'opération doit encore recevoir le feu vert de l'Autorité de la concurrence à l'issue d'un examen qui pourrait prendre entre deux et trois mois, selon sa présidente Isabelle de Silva.

"C'est un dossier qui va demander une étude assez approfondie avec peut-être des obligations de cession de magasins au plan local si jamais il y a des parts de marché trop importantes", a-t-elle expliqué lors d'une conférence de presse.

(Claude Chendjou et Gwénaëlle Barzic, édité par Jean-Stéphane Brosse)