Téléchargez
notre application
Ouvrir

Coronavirus : Nice limite à son tour les rassemblements

reuters.com  |   |  385  mots
Coronavirus: nice limite a son tour les rassemblements[reuters.com]
(Crédits : Eric Gaillard)

PARIS (Reuters) - Les rassemblements de plus de dix personnes à Nice seront dorénavant interdits dans certains lieux publics extérieurs, dont les plages, a annoncé vendredi le préfet des Alpes Maritimes, Bernard Gonzalez.

Cette interdiction fait partie d'une série de mesures destinées à freiner la propagation de l'épidémie de COVID-19 et qui sont calquées sur celles qui ont été instaurées à Marseille (Bouches-du-Rhône) ou Bordeaux (Gironde).

"Les rassemblements de plus de dix personnes dans les parcs, jardins, plages et sur les quais de la commune seront désormais interdits", a dit le préfet.

Les débits de boisson seront fermés de 0h30 à 6h00 et la vente d'alcool à emporter sera interdite à partir de 20h00.

"Les grands événements qui jusqu'ici pouvaient réunir jusqu'à 5.000 personnes seront également revus à la baisse. D'ores et déjà ce niveau sera abaissé à 1.000 personnes pour la ville de Nice et s'appliquera dès aujourd'hui", a annoncé Bernard Gonzalez.

Ces mesures pourront être étendues à l'ensemble des Alpes-Maritimes, a-t-il prévenu.

Intervenant dans la foulée, le maire de Nice, Christian Estrosi, a énuméré une série de mesures visant essentiellement les plus âgés, ces derniers "représentant plus d'un tiers de la population" de la ville, a-t-il dit.

L'élu municipal avait déjà interdit les visites dans les quatre Ehpad municipaux installés sur le territoire de la commune.

Il a par ailleurs demandé au préfet maritime de veiller à ce que sa décision de ne plus laisser entrer ferries et bateaux de croisières dans le port de Nice soit respectée, celle-ci relevant des autorités étatiques et non de l'autorité municipale.

"On ne peut pas imposer aux Niçois de ne pas aller chez les uns et chez les autres et laisser entrer par nos ports et aéroports de manière incontrôlée des visiteurs", a-t-il dit.

Olivier Véran, le ministre de la Santé, a souligné jeudi que l'évolution négative des indicateurs épidémiques dans les métropoles de Lyon et Nice justifiaient la mise en oeuvre de telles mesures et il a invité les préfets du Rhône et des Alpes-Maritimes à se rapprocher des élus locaux pour les élaborer.

(Jean-Philippe Lefief et Nicolas Delame, édité par Blandine Hénault)