Téléchargez
notre application
Ouvrir

Une petite Indienne de 8 ans porte la question climatique dans son pays

reuters.com  |   |  298  mots
Une petite indienne de 8 ans porte la question climatique dans son pays[reuters.com]
(Crédits : Anushree Fadnavis)

NEW DELHI (Reuters) - Une militante écologiste indienne, âgée de huit ans seulement, a interpellé le Premier ministre Narendra Modi et les parlementaires de son pays, les enjoignant à adopter une nouvelle loi de limitation des émissions carbones du troisième producteur mondial de gaz à effet de serre.

"Je m'inquiète pour la santé des écoliers et des tout petits", a déclaré à Reuters Licypriya Kangujam lors d'un entretien dans son appartement situé à Noida, dans la banlieue de New Delhi.

A une semaine de son neuvième anniversaire, Licypriya Kangujam, l'une des plus jeunes militantes écologistes au monde, ne ménage pas ses efforts.

Lors d'une manifestation de la jeunesse en faveur du climat devant le Parlement indien le 23 septembre, elle tenait une pancarte où était inscrit: "Mouvement de la jeunesse pour le climat, adoptez la loi sur le changement climatique".

"Je me bats pour sauver notre planète et notre avenir", avait-elle alors souligné.

Licypriya Kangujam, qui est née dans le Manipur, un Etat du nord-est de l'Inde réputé pour ses montagnes verdoyantes à l'air pur, se dit particulièrement choquée par la qualité de l'air à New Delhi.

La métropole tentaculaire aux quelque 19 millions d'habitants est l'une des zones urbaines les plus polluées au monde, au point que les familles se retrouvent parfois confinées pendant les mois d'hiver en raison d'une brume toxique.

Licypriya Kangujam dit vouloir devenir plus tard "une "scientifique de l'espace" afin de sauver l'humanité.

"J'irai sur la Lune et je rechercherai les moyens pour parvenir à respirer un air pur, obtenir de l'eau, de l'eau fraîche à boire, de la nourriture ou encore cultiver la terre", a-t-elle promis. "Parce que notre planète se meurt."

(Sunil Kataria et Mayank Bhardwaj; version française Claude Chendjou, édité par Henri-Pierre André)